Culture lyonnaise - ’Coup de peps’

Date de publication : 12/01/2012

Vous êtes surprise par ce classement ?
Hélène Lafont-Couturier : Un peu car Lyon compte beaucoup d’institutions culturelles prestigieuses. Je suis directrice du musée Gallo-Romain depuis janvier 2010. Avant, j’ai travaillé au musée de l’Immigration à Paris puis dans la plupart des musées de Bordeaux. Mais je trouve que le musée Gallo-Romain n’est pas assez connu. D’ailleurs, il y a un détail révélateur : la signalétique est mauvaise et c’est compliqué de trouver l’entrée du musée. Même si ça n’empêche pas le public de venir puisqu’on a eu plus de 70 000 visiteurs en 2009.
Ce qui plaît aux Lyonnais dans votre musée ?
Probablement de pouvoir découvrir l’histoire de leur ville. On a vraiment une collection exceptionnelle et de très belles pièces, comme la célèbre table Claudienne qui date de l’Antiquité. C’est également un lieu qui mérite d’être visité car il a une architecture magnifique.
Mais ce musée a une image vieillotte !
C’est vrai que la présentation du musée n’a pas évolué depuis sa création en 1975. Il a été construit pour accueillir un parcours permanent et thématique car, à l’époque, on n’envisageait pas de proposer au public des expositions temporaires. Mais aujourd’hui, c’est quelque chose qui me tient vraiment à cœur car ça permettrait de redonner un coup de peps à ce musée et d’attirer encore plus de monde. Surtout que les archéologues ont fait de nombreuses découvertes depuis 35 ans. Et je suis persuadée qu’on peut présenter ces recherches au public sans pour autant dénaturer l’identité du musée.
Vos projets pour booster la fréquentation ?
On souhaite recréer un véritable lien entre le musée et le site archéologique, près de Fourvière. On aimerait aussi mettre en place des partenariats avec d’autres institutions culturelles lyonnaises. D’ailleurs, en 2012 on va proposer une exposition, “Peplum”, en lien avec l’Institut Lumière qui va nous prêter des anciennes affiches de films, des extraits de longs métrages... Mais aussi un court métrage des frères Lumière qui met en scène Néron expérimentant des poisons sur le corps des esclaves.

Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo