La petite manip’ de Nora Berra

Date de publication : 23/02/2012

Le racisme est une plaie et prétendre à tort en être victime ne peut que le banaliser. C’est pourtant le choix qu’a fait Nora Berra, une des icônes lyonnaise de la diversité en affirmant que ses origines algériennes "posaient problème."
L'UMP lui a offerte jusque là une belle trajectoire. Elue à Neuville puis à Lyon sur une liste UMP en 2008, élue au Parlement européen avant d’être propulsée au gouvernement, tête de liste aux élections régionales dans le Rhône en 2010... On ne va pas absoudre l’UMP de tout racisme mais on ne peut pas dire qu’elle ait été victime de discrimination par le passé. Elle a plutôt grillé les étapes par rapport à des élus qui ont du suivre un parcours plus laborieuse. Alors pourquoi cet énervement ?
Nora Berra avait en fait jeté son dévolu sur la 3e circonscription de Lyon où elle avait prévu d’affronter le député PS sortant Jean-Louis Touraine aux prochaines élections législatives. Une vieille connaissance puisqu’elle l’a croisé dans sa carrière médicale. Certains lui reprochaient même d’avoir des comptes à régler alors que Touraine lui-même semblait prêt à en découdre. En tout cas, l’UMP était prête à écarter Lionel Lassagne, un ancien conseiller général également candidat à la candidature, pour choisir Nora Berra comme candidate. Là encore pas vraiment le signe d’une discrimination.
Mais quand Dominique Perben a décidé de ne pas se représenter dans la 4e circonscription, Nora Berra a souhaité lui succéder pour affronter la candidate du PS Najat Belkacem, porte-parole de François Hollande. Peut-être parce que cette 4e circonscription est  réputée imprenable par la gauche alors que le combat contre Touriane était loin d'être gagné pour elle. Sauf que l’UMP avait déjà prévu de soutenir Dominique Nachury, ancienne maire du 6e arrondissement, pour prendre le relais de Perben.
Et c'est bien le vrai “problème”.
Sentant son parti hésiter, Nora Berra a décidé de se présenter sans attendre avec un communiqué de presse arguant du soutien de nombreux lyonnais. Renseignements pris, son signataire est un ancien conseiller de Dominique Perben passé au service de Nora Berra.
Certes, un duel entre Nora Berra et Najet Belkacem, deux figures de la diversité, dans une 4e circonscription réputée conservatrice serait une belle affiche et témoignerait de la capacité d’ouverture de Lyon qui a toujours marginalisé le FN dans les urnes.
Mais si Nora Berra n’est pas la favorite de l’UMP, c’est avant tout parce que sa volonté de réussir à tout prix, a finit par agacer ses plus fidèles soutiens.
Najet Belkacem a elle aussi cherché une circonscription plus facile, cherchant à Villeurbanne et à Mâcon. Mais quand le PS lui a fait comprendre que ce nomadisme électoral n’était pas de mise, elle a eu le panache de revenir se présenter à nouveau dans la 4e circonscription plutôt que d’accuser son parti de racisme.

Partager
Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo