’Lutter contre la nostalgie du pays’

Date de publication : 03/04/2012

Qu'est-ce que le public Lyonnais va pouvoir découvrir sur scène ?
Vincent Niclo : Un spectacle franchement éblouissant avec une centaine de musiciens, de danseurs, de solistes... Et les Chœurs évidemment ! Il y a beaucoup de voix magiques mais on oublie toujours les ballets. Pourtant, les danseurs sont extraordinaires et leur représentation est très physique. Les Lyonnais vont aussi pouvoir découvrir un pays, une culture très forte au travers de ces voix intenses. Et le mélange de tout cela ne laisse pas indifférent. Ce spectacle touche l'âme et les gens sortent avec des étoiles dans les yeux.
Comment vous avez été contacté par les Chœurs de l'Armée rouge ?
Je rêvais d'aller à Moscou, de chanter avec eux depuis tout petit. Un jour je me suis dis qu'il fallait que je concrétise cette envie. Je me suis procuré le contact de leur agent en France et je l'ai appelé un peu au culot. Je lui ai soumis des maquettes de mon travail. Le lendemain l'agent m'a rappelé et tout est allé très vite. Je suis parti en décembre 2011 à Moscou pour rencontrer directement les Chœurs. On a fait un concert là bas dans les ex-bureaux du KGB. C'était impressionnant ! Par la suite, ils m'ont proposé de les accompagner en tournée en mars et avril en France et c'est de cette manière que l'aventure a commencé.
Combien de personnes font partie de cette troupe ?
Il y a 120 personnes sur scène. Les membres de ces Choeurs sont des militaires. Les Choeurs de l'Armée rouge ont été crées après la première guerre mondiale pour relever le moral des troupes, leur redonner du courage. C'était aussi une manière de lutter contre la nostalgie du pays qu'ils pouvaient parfois ressentir à l’époque.
Comment s’est passé la rencontre ?
Quand je les ai rencontré, ils m'ont emmené dans leur base. Car ils sont militaires avant tout. Ce sont des gens très accueillants. Ils m'ont fait visité leur pays, découvrir leur culture et puis ils m'ont finalement adopté !
Ce qui vous plaît dans cette aventure ?
Oui tout à fait. J'ai toujours aimé les grands shows, les spectacles démesurés qui se jouent dans des grandes salles. J'aime aussi cet aspect de troupe, le fait que toute une équipe soit impliquée autour d'un même projet.
D’autres projets ?
Je me consacre pleinement à la tournée qui est très intense car nous faisons deux représentations par jour et dans deux villes différentes. Sinon, j'ai enregistré un duo sur un titre de la Traviata avec Julia Migenes, la célèbre diva New-yorkaise, qui figurera normalement dans son album. C'était vraiment un honneur de faire cette chanson car elle a chanté dans les plus grands opéras du monde.

Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

23/03/2020

Tout comme les professionnels du BTP, le monde de l'Automobile attend des éclaircissements du gouvernement sur la conduite à tenir. 



01/04/2020

Auteur de plusieurs livres remarqués sur l'intelligence émotionnelle, le lyonnais Christophe Haag, professeur à l'EMLyon, livre quelques conseils pour ce confinement prolongé d'au minimum 15 jours, et probablement renouvelé jusqu'à début mai.



12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.



Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo