Sarkozy sur la défensive

Date de publication : 03/05/2012

Les partisans comme les adversaires du président sortant lui prêtaient la capacité de rattraper une partie de son retard à l’occasion de ce débat mais Nicolas Sarkozy a eu du mal à sortir de l’autojustification.
Certes, François Hollande a manqué de spontanéité au début de ce débat. Alors que Laurence Ferrari lui demandait dans quel "état d’esprit” les deux rivaux entamaient cette confrontation, il a sorti un discours. Nicolas Sarkozy a au contraire répondu de manière plus personnelle. Il a ensuite enchaîné par une série d’attaques cohérentes avec sa stratégie de campagne : accuser François Hollande d’être un menteur et un roi de l’esquive. Ce qui n’a pas forcément porté ses fruits. Plus le candidat PS était attaqué, plus il a pris de la hauteur. Il a bien sûr ressorti son leitmotiv : accuser le président sortant d’avoir divisé les Français alors que lui-même se présente comme le candidat du rassemblement. Rien de surprenant jusque là.
Mais François Hollande a marqué des points dans la majorité des confrontations directes. Il faut dire que Nicolas Sarkozy s’est souvent emmêlé dans ses attaques. Exemple quand il a accusé la gauche française d’avoir pris l’Espagne socialiste comme modèle, notamment Zapatero, en affirmant que Martine Aubry s’était présenté comme "la Zapetera”. François Hollande lui a signalé sans agressivité qu’il se trompait de personne et Laurence Ferrari a corrigé en direct, précisant qu’il s’agissait effectivement de Ségolène Royal. Un détail ? Peut-être. Mais Nicolas Sarkozy a aussi trébuché techniquement à plusieurs reprises, notamment à propos de l’immigration où il a parlé des dispositifs concernant l’éloignement alors que le débat portait alors sur les immigrés légaux.
Visiblement, le président sortant voulait afficher son expérience des dossiers et des négociations difficiles, énumérant son bilan et alignant ses propres chiffres pour répliquer aux accusations de la gauche. Mais il a donné l’occasion à son rival de se comporter en professeur tranquille. Même quand il a voulu le caricaturer, notamment sur le nucléaire en l’accusant d’avoir tout cédé aux écologistes en bradant cette filière française par un "accord méprisable”, Hollande n’est pas tombé dans le piège, rappelant sa position de fermer Fessenheim, la plus veille des centrales, mais de continuer Flamanville, un réacteur de nouvelle génération, en affichant sa distance avec l’accord Vert-PS signé par Martine Aubry. Tout en s’engageant à favoriser les énergies renouvelables.
Au final, Nicolas Sarkozy a donc paru sur la défensive, obligé de rappeler en permanence ses initiatives, notamment l’ouverture à gauche au début de mandat et ses efforts de transparence ou de modernisation de la vie politique. Ce qui souligne que les polémiques de ses dernières années de mandat les ont largement fait oublier.
Habile, François Hollande n’a pas précisé dans quel secteur de la fonction publique d’État il comptait supprimer des postes pour compenser les 60 000 créés dans l’éducation et même la sécurité puisqu’il s’est aussi engagé à augmenter le nombre de gendarmes et de policier. Mais son rival est alors parti sur un autre sujet, en l’occurrence les hôpitaux, et il n’a pas laissé passer l’occasion.
Au final, Sarkozy a sans doute satisfait ses partisans puisqu’il a attaqué Hollande sur ce qui les choquent dans le programme de la gauche. Par rapport aux électeurs FN, il s’est contenté de travailler des thèmes comme l’immigration et de s’adresser à eux en fin de débat sans renier ses convictions. Quant à Hollande, il n’a sans doute pas enthousiasmé les électeurs de Mélanchon et d’Eva Joly. Il a cependant confirmé les engagements pris, même s’ils peuvent les juger insuffisants, sans pour autant effrayer les centristes qui ont voté Bayrou au premier tour.
Du coup,  les indécis ont vu qu’Hollande, parfois décrit comme trop mou et trop flou, maîtrise bien ses dossiers et n’a rien à envier en terme de combativité à Nicolas Sarkozy. Hier, il semblait même déjà avoir endossé les habits d’un président responsable.

Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

28/06/2020

Albigny-sur-Saône : Yves Chipier  (47,38%)

Bron : le LR Jérémie Bréaud (51,23%) bat le maire sortant PS Jean-Michel Longueval

Charbonnières-les-Bains : le maire sortant Gérald Eymard DVD est réélu (44,89%)

Charly : Olivier Araujo DVD (52,91%) bat la maire sortante Corinne Barbasso-Bruas

Chassieu : ex-aequo inhabituel entre deux DVD Jean-Jacques Selles et Sylvaine Coponat (42,09%) avec l'écologiste Joëlle Percet en arbitre (15,82%°

Collonges-au-Mont-d'Or : Le maire sortant DVD Alain Germain est réélu (59,48%)

Craponne : Sandrine Chadier DVD (50%)

Ecully : Sébastien Michel DVD (49,60%)

Francheville : Le maire sortant LR Michel Rantonnet (50,88%) est réélu avec seulement 72 voix d'avance sur Bernard Legrand

Genay : la mairie sortante Valérie Giraud l'emporte (50,65%)

Givors : Mohamed Boudjellaba a une courte avance (28,88%) sur Christiane Charnay (28,24%)

Meyzieu : le maire sortant LR Christophe Quiniou (37,70%) devance de peu le DVG Issam Benzeghiba (35,86%)

Mions : le maire sortant LR Claude Cohen (58,53%)

La Mulatière : Véronique Deschamps (51,16%)

Oullins : la maire sortante Clotilde Pouzergue DVD (51,32%) devance l'écologiste Jean-Charles Kohlhaas

Saint-Cyr-au-Mont-d'Or : Patrick Guillot (50,20%

Saint-Didier-au-Mont-d'Or : Marie-Hélène Mathieu (50,29%)

Saint-Fons : Christian Duchêne (Union de la gauche) 51,68% bat la maire sortante centriste Nathalie Frier

Saint-Genis-Laval : la centriste Marylène Millet (45,08%) bat le maire sortant centriste Roland Crimier

Saint-Romain-au-Mont-d'Or : Jean-Marie Hombert (51,85%) bat Thierry Loir et le maire sortant Pierre Curtelin

Sathonay-Camp :Damien Monnier (51,32%)

Vaulx-en-Velin : la maire sortante PS Hélène Geoffroy est en tête (44,30%)

Villeurbanne : le candidat PS Cédric Van Styvendael (70,38%) gagne face à Prosper Kabalo



29/06/2020
Avec un potentiel de voix supérieur à 80 sur les 150 élus à la Métropole, le candidat écologiste devrait être élu Président de la Communauté urbaine ce jeudi 2 juillet face à François-Noël Buffet. Le résident sortant David Kimelfeld est également distancé 

Les résultats dans les 14 circonscriptions :

Elections Métropolitaines :

Les résultats définitifs par circonscription

Lyon Ouest

L'écologiste Bertrand Artigny est largement en tête avec 43,50% contre 28,63% pour Thomas Rudigoz (Liste Kimelfeld) et 27,87% pour Gérard Collomb (Liste Buffet)

Lyon Centre

L'écologiste Fabien Bagnon (47,31%) distance le président sortant David Kimelfeld (29,51%) et Pierre Chambon (Liste Buffet) (23,19%)

Lyon Nord

Le LR Pascal Blache (40,44%) devance Florence Delaunay (37,48%) et Catherine Panassier (liste Kimelfeld) (22,09%)

Lyon Est

L'écologiste Isabelle Petiot (45,24%) est largement devant Carole Burillon (liste Buffet) (29,86%) et Guy Corazzol (liste Kimelfeld) (24,90%) 

Lyon Sud

Large avance pour l'écologiste Thomas Dossus avec 56,55% des voix devant Myriam Picot (Liste Kimelfeld) (23,49%) et Christophe Geourjon (Liste Buffet) (19,95%)

Lyon Sud-Est

L'écologiste Nathalie Dehan gagne avec 47,25% devant Louis Pelaez (liste Collomb) (27,41%) et Michel Le Faou (liste Kimelfeld) (27,41%)

Villeurbanne

L'écologiste Bruno Bernard l'emporte largement (66,79%) face à Prosper Kabalo (33,21%)

Val de Saône

Marc Grivel (Liste Kimelfeld) 36,84% devance la centriste Michèle Vullien (Liste Buffet) 33,44% et l'écologiste Jérémy Camus (29,72%)

Plateau Nord Caluire

Le LR Philippe Cochet est en tête avec 52,75% contre 29,42% pour l'écologiste Séverine Hemain, 13,40% pour Cécilia Sanchez (13,40%) et 4,43% pour Emmanuelle Pelluet (Liste Collomb du 1er tour)

Rhône Amont 

La PS Hélène Geoffroy (48,72%) devance le LR Christophe Quiniou (Liste Buffet) (39,07%).

Portes du Sud

La mairie communiste sortante de Vénissieux, Michèle Picard (39,87%), devance l'alliance dirigée par Yves Blein, député LREM (33,65%)

Portes des Alpes

Le maire LR de Saint-Priest Gilles Gascon (liste Buffet) 46,35% devance l'écologiste Véronique Moreira (41,03%) et le RN Rémi Berthoux (12,61%)

Lônes et Coteaux

L'écologiste Jean-Charles Kohlhaas (36,61%) arrive tout juste en tête devant François-Noël Buffet (36,07%) soutenu par Gérard Collomb et Jean-Luc da Passano (liste Kimelfeld) (27,32%)

Ouest

Le LR Pascal Charmot est en tête avec 45,07% devant l'écologiste Hélène Dromain (30,16%) et Alain Galliano (liste Kimelfeld)(24,77%)




28/06/2020
Un hors-série pour l'été

28/06/2020

Une programmation originale pour cet été



Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo