Collomb respecte les écologistes”

Date de publication : 16/08/2012

Le maire écologiste du 9e arrondissement Alain Giordano vient d’être exclu d’Europe-Ecologie les Verts pour avoir soutenu aux élections législatives le radical de gauche Thierry Braillard au lieu du candidat officiel de son mouvement, Philippe Meirieu.


Qu’est-ce qui vous a poussé à suivre Braillard plutôt que Meirieu ?


Alain Giordano : Mais je n’ai suivi personne ! Je suis simplement resté fidèle à la ligne de conduite que je me suis fixée depuis que les Verts ont engagé un partenariat avec Gérard Colllomb avec un programme qu’on applique depuis notre élection en 2001. Je n’ai pas changé depuis l’époque où j’ai été porte-parole des Verts du Rhône puis président du groupe écologiste au Conseil municipal de Lyon.


Qu’est-ce qui vous a choqué dans son comportement ?

Sa démarche a été l’anti-thèse du principe écologiste qui est de penser global mais d’agir local. Il a pris à peine cinq minutes pour me dire que la décision allait se prendre au niveau national et que c’était lui qui allait être désigné pour cette 1ère circonscription. Je lui ai signalé que l’élection allait quand même se jouer sur le terrain. Mais il n’a eu aucun respect pour les élus lyonnais. Son message était clair : il n’avait pas besoin de moi !


Pour vous, c’est lui qui vous a écarté ?

Oui. Son équipe me l’a expliqué dès le départ. Le plus important pour eux était d’avoir les deux logos : la rose et le tournesol. Tout au long de la campagne, c’est resté son obsession. C’est d’ailleurs la base de son recours contre l’élection de Thierry Braillard. Il a voulu être élu député et c’est raté. Mais la seule raison, c’est qu’il s’est assis sur le local.


Pourquoi ces logos étaient aussi importants pour lui ?

Parce qu’il est inconnu au bataillon ! Mais la campagne a démontré que cela ne suffit pas si on se coupe du terrain. J’avais vu juste en pensant que l’équipe municipale serait gagnante. C’est regrettable que Meirieu ne le comprenne que maintenant.


Cela justifiait que vous alliez distribuer des tracts pour Thierry Braillard ?

Je n’ai pas fait du porte à porte avec lui. Mais je l’ai effectivement retrouvé sur les marchés du 9e arrondissement aux côtés de Gérard Collomb. Et c’est avec grand plaisir que j’ai participé à la défense du bilan de l’équipe municipale au cours de cette campagne législative. Philippe Meirieu a quand même pris Nathalie Perrin comme suppléante. Ce qui a donné à sa campagne un axe clairement anti-mairie. Meirieu a voulu mettre Collomb à genoux en estimant qu’il n’avait rien compris car tout se jouait au niveau national.


Qu’est-ce qui explique votre fidélité à Gérard Collomb  ?

Collomb me respecte et respecte les écolos. Je travaille avec lui pour le 9e arrondissement. Je peux agir sur mes priorités : la mixité sociale, l’entrepreneuriat, la proximité entre l’habitat et les activités économiques mais aussi l’écologie urbaine pour mettre la nature au cœur de la ville. Je travaille également avec Thierry Braillard qui a lancé tous les équipements sportifs qu’on souhaitait dans le 9e. Alors pourquoi je me désolidariserais brutalement de ce bilan  ?


Vous avez l’impression d’être un traître ?

Pas du tout ! D’ailleurs, on dit qu’Europe Ecologie m’aurait exclu. Mais personne ne m’a averti de cette décision. Je l’ai lu dans la presse. A ce jour, je n’en ai aucune confirmation officielle. Et on ne m’a pas même donné l’occasion de m’expliquer. Pourtant, se défendre est le droit essentiel de tout être humain. Ce qui en dit long sur les méthodes de certains écologistes qui prétendent pourtant toujours défendre les plus hautes valeurs.


Pour vous, cela ne justifie pas votre exclusion ?

Non. Ce sont les Verts qui ont changé. Pas moi. Et puis, traître à quoi ? Meirieu était en 2008 avec Royal au PS et il est devenu numéro deux d’Europe Ecologie en quatre ans mais c’est lui qui déciderait que le cap a changé ? Moi, je ne suis pas fidèle à une étiquette. Je suis fidèle à une idéologie, une façon de penser et d’être.

Est-ce que Collomb vous a promis d’être adjoint aux sports à la place de Braillard en échange de votre soutien ?

C’est totalement faux. D’ailleurs, Collomb ne me l’a pas proposé car il sait que ce que j’apprécie avant tout, c’est l’action locale et de terrain. Maire du 9e, cela me convient parfaitement. N’inversons pas la situation. Qui a fait tout cela pour décrocher une gâche  ? Meirieu qui espérait être député. Franchement, si j’avais été candidat, je ne demanderais pas son exclusion pour avoir distribué quelques tracts car ce n’est pas cela qui m’aurait destabilisé.


On dit que vous allez rejoindre le PS...

Faux également. J’ai entendu pendant la campagne législative certains écologistes lancer : "que Giordano aille au PS !” Mais cela n’a jamais été ma stratégie ni mon intention ! A moins que je le rejoigne un an pour devenir numéro 2 des Verts puisque c’est visiblement le parcours à suivre si j’en crois celui de Meirieu ? Non, je blague !


Vous êtes révolté par votre exclusion d’Europe Ecologie-Les Verts  ?

Je suis indigné mais je continue sur ma voie. C’est simplement difficile d’être serein car je suis au carrefour de plein d’enjeux et d’interrogations.


Vous allez être exclu du groupe Europe Ecologie au Conseil municipal ?

Non. Ils viennent de se renommer "Europe Ecologie-Les Verts et
apparentés”.


Les écologistes lyonnais semblent partis pour faire une liste autonome aux prochaines élections municipales de 2014...

A chaque veille d’élection municipale, je sais bien que pour être entendu chez les écologistes, il faut se lever et déclarer qu’il faut s’opposer à Collomb. Mais en 2001 et 2008, cela ne s’est pas fait parce que des écologistes dont je fais partie, se sont battus pour l’union avec Collomb. Et ceux qui étaient contre, m’en veulent encore.


Pourquoi défendre l’alliance avec Collomb ?

Parce que je veux que les écologistes récoltent les fruits de ce qu’ils ont réalisé avec lui : les berges du Rhône, les rives de Saône... Quand on enlève une voie de circulation entre le 9e et l’île Barbe pour mettre une voie de bus en site propre, on agit pour l’écologie ! Pourquoi je prendrais mes distances ? Aux élections municipales de 2014, je serai donc avec Collomb et son projet.


Mais si les écologistes ne sont plus avec lui ?

Je prendrai mes responsabilités. Mais toujours en abordant l’écologie de manière pragmatique. Si cela ne peut plus être fait dans le cadre des Verts, je le ferai dans un nouveau cadre. C’est cela la politique. On se bat pour des idées, on crée des mouvements... Me virer d’Europe-Ecologie, ce n’est pas me virer de mes fondamentaux !

Article publié dans Mag2Lyon de Juillet-août 2012

A lire également dans le numéro du mois de juillet-août, actuellement en kiosque, en rubrique politique :
Droite Lyonnaise …et c’est reparti ! L’UMP Michel Havard, battu aux élections législatives, propose des primaires pour désigner la tête de liste de droite aux prochaines municipales à Lyon. Mais ses concurrents comptent bien se faire entendre.
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo