Solaire, l’hécatombe

Date de publication : 16/08/2012

80% des professionnels de cette filière ont disparu suite au moratoire sur l’installation des panneaux photovoltaïques. Interview du Lyonnais Stéphane Moreau, patron d’Evasol, et administrateur de trois syndicats professionnels*, qui répond à toutes les polémiques.


Evasol a aussi failli être victime du moratoire ?

Stéphane Moreau : Oui, bien sûr. Le marché s’est effondré depuis un an. Pas seulement à cause du moratoire et de la baisse des aides. Le retournement de la communication sur le solaire a fait beaucoup de mal. Les professionnels ont été stigmatisés. Soi-disant que les installations ne marchaient pas et que leur raccordement massif au réseau allait provoquer un black-out électrique pour l’hiver...


Vous auriez mieux résisté sans ces polémiques ?

Oui. Le solaire reste aussi rentable aujourd’hui dans le sud de la France qu’en 2007. Malgré la baisse des aides. Mais les gens sont passés d’un a priori positif à un a priori négatif. On n’a presque plus d’appels spontanés. Le solaire passe pour dangereux !

Ces polémiques sur le solaire n’étaient pas justifiées ?

Comme dans tout secteur, il y a des mauvais professionnels. Mais il y a quand même des moyens d’identifier les bons (voir encadré). Le moratoire et la communication stigmatisante qui a suivi ont fait disparaître des entreprises compétentes. Aujourd’hui, Evasol, qui a résisté, manque de concurrence.

On a quand même parlé d’incendie !

Oui. Mais il y en a beaucoup moins que dans des maisons sans panneaux photovoltaïques où des arcs électriques provoquent parfois des incendies...

Aucun problème spécifique au solaire ?

Il a fallu former les pompiers pour intervenir sur les grandes installations solaires professionnelles car ils n’étaient pas avertis contrairement en Allemagne ou au Japon, qui utilisent depuis des années du matériel particulier pour ces toitures.


Peut-être que certaines précautions n’avaient pas été prises...

Au tout début de la mode du solaire, vers 2007, quelques professionnels ont installé des câbles trop fins pour un courant continu. Il n’y avait alors aucune obligation légale de contrôler leur travail. Une aberration ! J’étais le premier à le dire. Aujourd’hui,
l’attestation Consuel est obligatoire. A Evasol, on s’applique cette contrainte depuis 2009.

Pourquoi certains affirment qu’il faut couvrir les panneaux solaires en été ?

Peut-être parce qu’ils confondent le photovoltaïque qui produit de l’électricité avec le solaire thermique utilisé par exemple pour le chauffe-eau solaire. Mais les panneaux photovoltaïques n’ont jamais trop de  soleil ! Ils sont faits pour en recevoir.
Si le courant n’est pas consommé dans la maison, il va dans le réseau EDF.

Et ces panneaux posés pour le solaire thermique ?

Leur principe se rapproche plus de la plomberie : ces panneaux chauffent des tuyaux. Si l’eau continue à être chauffée pendant des semaines sans être utilisée car la maison est vide, elle va atteindre de très hautes températures qui peuvent dégrader les joints d’étanchéité. Dans ce cas, un bâchage peut être nécessaire.

Ce risque existe toujours ?

Les installations actuelles sont généralement équipées de purges, parfois même automatiques, qui évitent ce problème. Mais on n’installe pas ce type de produit.

Le solaire a encore un avenir dans la région ?

Oui. Mais 80 % des professionnels ont disparu. On manque de concurrence. Tout est à reconstruire.

Mais vous, comment vous avez résisté ?

On a peut-être moins souffert de ces campagnes de dénigrement car nos anciens clients nous recommandent à leurs amis. 70 % des contrats nous viennent par cette voie. Mais on a dû se placer en redressement judiciaire début février et on s’est restructuré en supprimant 60 postes sur 160. Essentiellement dans notre service de traitement des commandes alors en surcapacité. En revanche, on a renforcé notre service commercial.

Vous avez les capacités de rebondir ?

Oui. On a décroché un marché important en Suisse avec la couverture de Palexpo, le centre d’exposition de Genève qui accueille notamment le Salon de l’automobile. On a aussi accéléré notre diversification, en nous positionnant comme un spécialiste des énergies renouvelables en proposant des pompes à chaleur, des poêles à bois, de l’isolation...

Pourquoi vous vous diversifiez dans l’isolation ?

Parce que le préalable, avant de parler d’énergie renouvelable, c’est de ne pas dépenser inutilement de l’énergie pour chauffer des maisons passoires. Mais aussi parce que je pense que les professionnels comme nous s’en sortiront en s’adaptant. C’est-à-dire en offrant un bouquet de travaux et de solutions.

Qu’est-ce que vous attendez du nouveau Gouvernement ?

Le solaire n’est pas une énergie de droite ou de gauche. A l’UMP, beaucoup ont trouvé que le massacre organisé de cette filière l’an dernier était aberrant. Mais c’est vrai qu’on a désormais une équipe gouvernementale totalement sensibilisée à ce dossier.

Vous espérez quelles mesures ?

Un message équilibré sur la filière solaire pour résorber cette défiance. La fin de la baisse trimestrielle du rachat de l’électricité photovoltaïque. C’est trop rapide car le prix des panneaux ne baisse pas à ce rythme. Une révision annuelle suffirait. Enfin, réserver les lourdes procédures administratives aux grandes installations. Mais si on se mobilise, les énergies renouvelables peuvent redevenir un levier de croissance.

(*) SER : 333 professionnels adhèrent à ce syndicat des énergies renouvelables créé en 1993. Tous secteurs confondus.
Enerplan : Cette association regroupe depuis 1983 des professionnels de l’énergie solaire, des fournisseurs et des organismes publics.
Apesi : Cette association rassemble les producteurs indépendants
d’énergie solaire pour obtenir une réglementation adaptée aux spécificités du solaire.


Article publié dans Mag2Lyon de juin 2012

A lire dans le numéro du mois de juillet-août, actuellement en kiosque, en rubrique Vert : Réchauffement climatique : Quelles menaces pour Lyon ?
Arrivée du moustique tigre, développement de maladies tropicales, climat méditerranéen, Rhône asséché... Avec le réchauffement climatique, Lyon et la région Rhône-Alpes vont subir de nombreuses transformations dans un futur plus ou moins proche. Mag2 Lyon a fait appel à de nombreux experts pour établir un état des lieux de la situation dans quelques années.
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

19/05/2019
Retrouvez le Grand Entretien accordé par Gérard Collomb à Mag2Lyon de mai en kiosque. Plus que jamais combattif et déterminé pour reconquérir sa métropole en 2020, le maire de Lyon juge sans langue de bois...

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo