“Un son unique“

Date de publication : 07/11/2012

Une enceinte en forme de tête de mort. C’est le nouveau produit qui va être commercialisé par la société Jarre Technologies. Une entreprise fondée en 2010 par Roland Caville et le musicien lyonnais Jean-Michel Jarre. Interview du dirigeant. Par Nadège Michaudet

(Interview publiée dans Mag2Lyon d’octobre.
Retrouvez dans le Mag2Lyon de novembre actuellement en kiosque une rubrique Economie complète : enquêtes, reportages, interviews...
)

Comment a été créée Jarre Technologies ?
Roland Caville : J’ai rencontré Jean-Michel Jarre en 2003 dans un restaurant à Paris. Comme je suis un grand bavard, je me suis mis à discuter avec lui, on a bien accroché et on est devenus amis. Du coup, pendant des vacances ensemble, je lui ai proposé de monter une société d’électronique portant son nom.
Vous étiez spécialisé dans  ce domaine ?
Pas du tout. Mais toute ma vie, j’ai fabriqué des objets divers et variés : jouets, brosse à dents électriques... A l’époque, j’avais une société de vélos à la Rochelle, Planet Fun. En 2009, j’ai revendu mes parts car j’avais besoin d’injecter de l’argent dans ce nouveau projet.  
Pourquoi avoir choisi le domaine des enceintes ?
C’est uniquement suite à ma rencontre avec Jean-Michel Jarre. Pour moi, le nom Jarre est une marque à part entière. Jean-Michel Jarre est connu pour avoir révolutionné le monde des concerts, pour être un novateur. C’est même le recordman du monde des plus gros concerts avec des millions de spectateurs.
Sans le nom Jarre, vous vous seriez lancé quand même ?
Jamais. Sans cette marque, je ne pouvais rien faire. Alors qu’aujourd’hui, je rentre partout. Jarre apporte une image High-Tech et hyper moderne. D’ailleurs, toute la famille Jarre a toujours eu dix ans d’avance. Le grand-père de Jean-Michel a inventé des trucs incroyables, son père, Michel, a obtenu trois Oscars pour ses musiques de films... Bref, ce nom est une référence dans le monde entier.
Jean-Michel Jarre est vraiment impliqué dans cette société ?
Complètement. Ce n’est pas juste une exploitation de son nom. On se parle tous les jours par téléphone car même si je suis actionnaire majoritaire, je ne prends aucune décision sans son accord. On est une véritable équipe.
Qui fait quoi ?
Jean-Michel s’occupe de toute la partie technique liée au son. Il règle les produits, les améliore... Il les teste même chez lui. Il les torture pour s’assurer que la qualité du son est la meilleure. Tandis que moi, je suis patron de cette société que je gère depuis Hong-Kong où j’habite depuis 17 ans. Je m’occupe de l’aspect design et du suivi de fabrication du produit.
Tous vos produits sont fabriqués en Chine ?
Oui. Si on les fabriquait en France, on serait obligés de les vendre deux à trois fois plus cher. Par contre, on a fait fabriquer l’Aerodream, une très grosse enceinte avant-gardiste et haut de gamme, à Lyon.
Mais les produits chinois sont souvent considérés comme de mauvaise qualité !
Mais je n’ai jamais eu aucun problème de qualité ! On contrôle toute la fabrication et une fois que la marchandise est prête à être envoyée par containers, une société indépendante vient tout contrôler. Avec des critères extrêmement stricts. Et si jamais les tests ne sont pas bons, les produits repartent directement dans l’usine. De toute manière, en exploitant le nom de Jean-Michel Jarre, je ne peux pas me permettre de prendre le moindre risque qui pourrait impacter son image.
Vos designers aussi sont chinois ?
Non. On a cinq designers dans le monde. Je souhaite qu’ils travaillent seuls, chacun de leur côté. Ce qui me permet de centraliser des idées très différentes aussi bien au niveau des concepts que des matériaux. Notre objectif, depuis qu’on a commercialisé notre première enceinte en 2010, c’est de révolutionner ce marché.
Quelles étaient les spécificités de cette première enceinte ?
L’Aerosystem est une enceinte verticale en verre et en métal. Un beau produit très différent des enceintes traditionnelles en plastique. Et qui, en plus, est écologique car on utilise très peu de colle dans sa fabrication. Par contre, cette qualité a un prix puisque l’enceinte vaut 799 euros.
Toutes vos enceintes sont aussi chères ?
On essaie d’avoir le meilleur rapport qualité-prix du marché. Mais c’est sûr qu’on ne sera jamais les moins chers. Pour moi, le premier prix est une escroquerie. Une enceinte Jarre ne pourra jamais être commercialisée en dessous de 199 euros. Et ça peut monter jusqu’à 2 000 euros. On propose aussi des produits d’exception qu’on peut faire sur mesure pour quelques très riches clients.
Où peut-on acheter vos produits  ?
Dans tous les grands réseaux de distribution : Fnac, Virgin, Boulanger, Darty... On est aussi vendu sur le site web d’Apple.
Comment vous avez réussi à collaborer avec Apple ?
Je suis allé les démarcher avec mon Aerosystem. Ils étaient très contents de voir que des artistes comme Jean-Michel Jarre s’intéressaient à leurs nouvelles technologies. Je leur ai expliqué qu’on voulait proposer des produits haut de gamme avec une haute technologie. Par contre, on ne peut pas être commercialisés dans les Apple Stores pour le moment car Steve Jobs avait interdit que les produits soient posés sur le sol pour des questions de sécurité. Or, notre enceinte est trop haute pour être posée sur une table. Mais avec d’autres produits, ça pourrait être possible prochainement.
Et pourquoi vous vous êtes également associé à Lalique ?
Ce sont des passionnés, de vrais artistes. On a travaillé ensemble sur l’Aerosystem car c’est une marque centenaire très chic qui nous permet d’entrer directement dans le monde du luxe. Tandis que nous, on leur apporte un côté cool et jeune. On vient d’ailleurs de lancer l’enceinte en édition black. Un produit très haut de gamme vendu 15 000 euros.
Quel est le prochain produit que vous allez commercialiser ?
L’Aeroskull qui doit sortir aux alentours du 15 novembre. Il s’agit d’une tête de mort hyper colorée qui porte des lunettes. Un objet design super fun. Mais ce n’est pas juste un gadget. A l’intérieur, on a mis un amplificateur dont les qualités sonores sont supérieures à tout ce qui existe actuellement. Un ampli de 70 watts à 1 % de distorsion. Contre 10 % en général. Ce qui apporte un son unique. D’ailleurs, on en a déjà pré-vendu 10 000 !
Il sera compatible avec l’iPhone 5 ?
Pour le moment non mais Apple a sorti un adaptateur qui permet de relier ce nouvel iPhone à notre Aeroskull. De notre côté, on proposera un Aéroskull directement compatible avec l’iPhone 5 en janvier 2013.
Qui sont vos principaux concurrents ?
Nos deux principaux concurrents sont Parrot et BVW, des entreprises qui font de beaux produits. Je suis très ouvert à la concurrence, car ça booste le marché et ça crée une véritable émulation. Et si un concurrent arrive avec un nouveau produit de qualité, ça me dope pour faire encore mieux.
Quelles sont vos perspectives de développement ?
Aujourd’hui, on a une quinzaine de salariés pour un chiffre d’affaires de 1,6 million d’euros en 2011. Un montant qui devrait être doublé cette année. Mais si j’arrive à trouver des investisseurs français capables d’oser nous suivre, je mise sur un chiffre d’affaires de 100 à 150 millions dans les cinq ans qui viennent.
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo