“Un vrai bouillonnement artistique”

Date de publication : 06/11/2012

Le musée Paul Dini de Villefranche organise une grande exposition consacrée aux peintres lyonnais des années 1920-1940. Les explications et la sélection de la directrice et conservatrice du musée, Sylvie Carlier.

Pourquoi une exposition consacrée aux années 1920-1940 ?
Sylvie Carlier : Tout d’abord, cette période correspond à des années de productions artistiques très riches dans la région lyonnaise. Mais nous avons aussi reçu en don, l’année dernière, les archives de Marius Mermillon, un négociant de vins également grand critique d’art. C’était aussi un personnage très important sur la scène artistique lyonnaise puisqu’il a fondé, avec plusieurs artistes, le Salon du Sud Est en 1925. Un salon qui existe encore aujourd’hui et qui réunit de grands artistes chaque automne.
Quels sont les artistes lyonnais qui vont être présentés ?
Il y aura notamment Pierre Combet-Descombes, un artiste touche-à-tout qui a beaucoup compté à Lyon. Il a fait de la peinture, de la photo, il a été critique d’art... Mais aussi Eugène Brouillard, un paysagiste qui a réalisé de nombreuses vues de Lyon.
Ces artistes sont connus en dehors de Lyon ?
Ils n’ont pas vraiment percé et sont connus essentiellement par un public d’amateurs. La raison principale, c’est qu’après la Seconde Guerre mondiale, on a assisté à l’émergence de la scène américaine. Du coup, les provinciaux ont été un peu délaissés.
Quel était le style artistique de l’époque ?
A Lyon, il y avait de nombreux collectionneurs, de grands amateurs d’art... Ce qui a créé un vrai bouillonnement artistique. C’était une période très foisonnante, avec des artistes se réclamant de l’héritage de Cézanne. Avec une revisitation de la peinture, une simplification des volumes, des œuvres très stylisées... C’est le cas d’artistes comme Emile Didier qui vont s’inspirer du langage plastique de Derain. Avec des portraits déclinés dans des tonalités de bruns notamment. C’est aussi une période où de nombreux liens ont été créés entre peinture, photographie et objets décoratifs. Il n’y avait pas de frontière entre les arts. C’est pour ça qu’on va exposer des choses très différentes : une centaine de peintures, 60 photographies, une dizaine de sculptures, des vases...
Il y a des pièces rares qui vont être exposées ?
Une des œuvres de Paul Signac a été présentée pour la première fois en Suisse, il y a une dizaine d’années, mais elle n’a pas été remontrée depuis. Une pièce qui provient d’une collection particulière. Il y a aussi une œuvre de Bonnard qui est très rarement exposée et que le public pourra découvrir à Villefranche.

(Article publié dans Mag2Lyon d’octobre
Retrouvez dans le Mag2Lyon de novembre toute la rubrique culture
)
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

19/05/2019
Retrouvez le Grand Entretien accordé par Gérard Collomb à Mag2Lyon de mai en kiosque. Plus que jamais combattif et déterminé pour reconquérir sa métropole en 2020, le maire de Lyon juge sans langue de bois...

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo