“Le Beaujolais va revenir à la mode”

Date de publication : 16/11/2012

"A une époque, des vignerons du Beaujolais ont profité du succès du primeur pour aller à la facilité. Je suis persuadé que ce vin était bon au début. Si Paris et le monde entier ont vibré, ce n’est pas pour rien. Les consommateurs ne sont pas idiots ! Mais il y a eu des dérives. Certains viticulteurs ont réagi à l’époque comme s’il suffisait de ramasser et de presser le raisin pour vendre du vin. Sauf que le gamay est un cépage particulier. Quand il n’est pas vidangé assez mûr et qu’il est mal vinifié, il devient imbuvable. Alors qu’un mauvais merlot, ou un mauvais pinot noir, le consommateur moyen peut s’y tromper. Du coup, une polémique injuste est née. On a entendu dire de partout que s’il y avait une région où il y avait des voyous dans le vignoble, c’était le Beaujolais. J’entendais dire que ce vin, c’était forcément de la merde ou un produit chimique marketé. Par des gens qui n’en avaient jamais goûté. Une tragédie. Alors le journaliste sensible aux minorités que je suis, a décidé de prendre leur défense. Les vignerons consciencieux ont toujours fait du bon beaujolais. Et ils continuent. Ceux-là, qui ont résisté pendant cette période d’anathème, permettent au vignoble de relever la tête. Et puis le fait d’être fustigé pendant 20 ans, cela les a incité à réagir. Il y a eu incontestablement des efforts. Je ne veux pas parler d’une révolution mais d’un véritable sursaut. Aujourd’hui, je vois des bobos parisiens se vanter d’avoir dégoté un petit Beaujolais-village absolument sublime. En plus, cette trouvaille flatte leur ego. Ils aiment ré-adorer ce qu’ils ont insulté par le passé. Mais il ne faut pas croire non plus que les mauvais vignerons sont devenus des génies. Dans tous les vignobles, certains manquent de talent. Lors de mes dégustations, je constate qu’il y a encore trop de mauvais Bordeaux par exemple. Le très bon vin reste une grosse minorité. Je ne parle pas de performances techniques mais simplement du vin dont on a envie de reprendre un second verre.”


Article publié dans Mag2Lyon d’octobre 2012
également à lire sur ce même thème :
Quel avenir pour le Beaujolais ?
Une histoire de famille
Entre bio et tradition
Deux vitesses
"Rapprochement inéluctable”
"Taille critique”
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

19/05/2019
Retrouvez le Grand Entretien accordé par Gérard Collomb à Mag2Lyon de mai en kiosque. Plus que jamais combattif et déterminé pour reconquérir sa métropole en 2020, le maire de Lyon juge sans langue de bois...

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo