Cette année, c’est décidé...

Date de publication : 14/02/2013

Nouvelle année, nouvelles résolutions. A chaque fois, c’est le même refrain, mais ça ne dure jamais bien longtemps. Pour être sûr de tenir le caps, Mag2 Lyon a fait appel à plusieurs coachs lyonnais.


Les coachs sont partout. Depuis quelques années, c’est devenu une véritable mode qui continue encore de progresser. Décoration, séduction, relooking, estime de soi, gastronomie... Les coachs interviennent dans tous les domaines. Le problème : pas besoin de formation ni de diplômes pour se lancer. Donc impossible de savoir combien ils sont à Lyon ni quel est le profil de ces "accompagnants”. Certains le font par passion. D’autres, parce qu’ils sont persuadés d’avoir un talent quelconque. Parfois utile, le coaching peut aussi vite devenir très cher. Voire créer des dépendances. Mais dans la majorité des cas, ces coachs sont avant tout là pour permettre aux gens d’oser enfin changer leur vie. Mag2 Lyon en a sélectionné cinq au hasard. Pour les évaluer.


On arrête de fumer avec Enguerrand de Christen

Le coach : Après avoir été pendant de nombreuses années ingénieur d’essais en laboratoire, Enguerrand de Christen a décidé de se lancer dans le coaching en 2008. Curieux de tout, il suit plusieurs formations en parallèle : hypnose ericksonienne, fleurs de Bach, EMDR... En septembre 2008, il ouvre son cabinet de coaching en développement personnel dans le 3e arrondissement de Lyon. Il aide alors à résoudre de nombreux problèmes : manque de communication, peur quelconque, volonté d’arrêter de fumer... A 31 ans, Enguerrand de Christen, qui se définit lui-même comme "un psy atypique servant de levier de motivation”, intervient essentiellement auprès des femmes de 45 à 65 ans.
La séance : Pendant plus d’une heure, Enguerrand de Christen va tenter de nous faire poser des mots sur notre pratique de fumeur en posant des questions très directes : Qu’est-ce qui vous pousse à arrêter de fumer ? A quoi sert la cigarette ? Comment serait votre vie sans cigarette ? Chaque fois, il creuse nos réponses, nous pousse dans nos retranchements, nous obligeant à verbaliser et à nous livrer. Pas toujours facile. Toujours encourageant et souriant, Enguerrand nous propose ensuite des exercices ludiques à mettre en pratique chez nous : acheter une boîte en plexiglas dans laquelle on met l’argent économisé chaque jour, changer quelques habitudes quotidiennes, comme l’ordre où on se prépare chaque matin avant d’aller travailler, coller des messages chez nous avec nos objectifs écrits dessus... A la fin, il nous demande si on veut aller plus loin en nous encourageant à écrire une lettre parlant de la relation qu’on entretient avec cette fameuse cigarette. Au final, il faut compter en moyenne 4 à 5 séances de 2h pour arriver aux résultats escomptés.
Les tarifs : 60 euros la séance d’une heure et 85 euros les 2 heures.
Le point positif : Un coach très à l’écoute et très agréable, qui positive. L’autre aspect intéressant de cette séance, ce sont les challenges qu’on se fixe soi-même. Du coup, on est encore plus motivé pour tenter de les réussir.
Le point négatif : Certains moments de la séance peuvent parfois paraître un peu abstraits, notamment quand Enguerrand de Christen commence à parler d’autohypnose et de fleurs de Bach. Et on se demande quels sont les vrais résultats de ce coach qui n’est pas un professionnel de santé.

On se met au sport avec Cédric Michon

Le coach : Cédric Michon est un ancien gymnaste de haut niveau. Il a passé un brevet d’état des métiers de la forme et a donné des cours collectifs dans des salles lyonnaises, avant de travailler en entreprise. En 2009, un ami fait appel à ses compétences pour le coacher. En 3,5 mois, il perd 20 kg. Cédric décide alors de se lancer dans le coaching sportif chez les particuliers en septembre 2009. Sa clientèle est large, de 14 à 80 ans, mais reste majoritairement féminine.
La séance : Pour cette première séance, l’objectif de Cédric Michon est de dresser notre bilan physique. Avant de commencer, il nous installe un cardiofréquencemètre, un capteur sous la poitrine relié à une montre qui donne en instantané notre rythme cardiaque. Pendant une heure, il nous fait faire des exercices ludiques : boxe, lancer de ballon... C’est vraiment plus sympa et intéressant que les traditionnelles séances de pompes. On enchaîne avec des exercices de gainage au sol. Notre coach voit bien qu’on n’est pas très à l’aise et n’hésite pas à nous réexpliquer plusieurs fois les exercices et à nous montrer la bonne posture pour éviter de se blesser. Au bout d’une heure, il dresse un bilan : bonne endurance et bonne capacité de récupération. Par contre, il faut absolument travailler l’équilibre et la posture pour éviter de sérieux soucis de dos. On ressort conquis par cette séance et sans courbature.
Le tarif : 29 euros la séance découverte. Sinon, compter 60 euros pour une séance par semaine, 110 euros pour 2 séances et 150 euros pour 3 séances par semaine. Ou 500 euros le forfait de 10 séances.
Le point positif : Un coach qui vient directement chez nous et qui propose des horaires larges : de 9h à 20h30. Mais aussi des séances personnalisées qui répondent vraiment à nos attentes.
Le point négatif : Le prix quand même élevé, surtout sur le long terme.

On refait sa déco avec Evelyne Rioux

La coach : Originaire d’Auvergne, Evelyne Rioux a toujours rêvé d’intégrer les Beaux-arts afin de devenir décoratrice d’intérieur. Mais ses parents, laitiers fromagers, ont décidé qu’elle serait coiffeuse. Un métier qu’elle va faire pendant plus de 20 ans ouvrant même plusieurs salons à Lyon. Mais à 40 ans, elle sature et décide de se consacrer enfin à sa passion pour la décoration. Elle retourne 18 mois à l’école et obtient un diplôme de décoration d’intérieur. Après un stage chez une coach déco, elle franchit enfin le pas il y a quatre ans en lançant sa propre activité, Lincol Interior. "Je conçois une décoration en fonction de la personnalité de mes clients, leurs goûts, leur mode de vie...”, commente Evelyne Rioux. La plupart du temps, elle intervient chez des gens ayant un niveau de vie plutôt correct et qui sont dans une période de changement : achat d’un premier bien, installation d’une famille recomposée...
La séance : A son arrivée, Evelyne Rioux est tout de suite opérationnelle. Sa première demande avant même de s’asseoir : visiter les 80 m² de notre appartement. On s’installe ensuite autour d’une table. Son objectif : cerner notre personnalité et comprendre nos attentes. Très rapidement, elle nous dit ce qu’elle imagine pour donner plus de chaleur à notre intérieur : peindre deux des murs face aux fenêtres en gris pâle, installer un immense tableau entre les deux fenêtres, apporter quelques touches de couleur avec des coussins à poser sur le canapé noir... On tombe souvent d’accord avec elle, et on a envie de commencer les changements tout de suite tellement la passion d’Evelyne est communicative. Elle nous montre ensuite sur iPad les réalisations qu’elle a faites chez des particuliers ou des professionnels, afin qu’on comprenne mieux sa manière de travailler. Car après chaque séance, Evelyne propose plusieurs possibilités d’aménagement qu’elle réalise sur des plans en 3D et en réalité augmentée. Avant éventuellement de s’occuper elle-même de la réalisation : choix des artisans, achat des éléments de déco, création de mobilier sur mesure...
Les tarifs : Compter 150 euros la séance de visite-conseil de 1h30. Pour le reste des prestations, les tarifs se font uniquement sur devis.
Le point positif : L’avantage de faire appel à Evelyne Rioux, c’est sa parfaite connaissance du marché lyonnais. Elle donne toujours de bons conseils pour trouver le bon artisan ou le bon créateur. Tout en permettant d’obtenir des réductions non négligeables.
Le point négatif : Les réalisations sont magnifiques, mais il faut avoir le budget qui va avec. Avec du mobilier Ikea, pas sûr que le rendu soit le même.


On change de look avec Lucie Carrassco

La coach : A 31 ans, Lucie Carrassco est une vraie passionnée et une battante. Atteinte depuis sa naissance d’une amyotrophie spinale, une maladie évolutive des muscles, elle s’est toujours battue pour faire de la mode son métier. Créatrice depuis 12 ans, elle s’est lancée dans le relooking en 2008. Habituée à donner des conseils beauté et mode à ses amies et ses proches, cette autodidacte a donc décidé d’en faire son métier. "Je ne suis pas là pour suivre les tendances et imposer mes goûts à mes clientes”, explique Lucie Carrassco. Avant d’ajouter : "Pendant une séance de coaching, c’est le moment ou jamais d’oser des choses. Mais l’important, c’est de se sentir toujours à l’aise.” Lucie propose une large gamme de services. Du simple conseil mode ou beauté par internet à des séances personnalisées, voire des week-ends sur mesure. "Je suis là pour donner le brin de confiance qui peut manquer à certaines personnes”, confie-t-elle. Ses clientes sont essentiellement des femmes, de 25 à 40 ans qui sont souvent complexées ou qui détestent faire les boutiques.
La séance : Lucie nous donne rendez-vous dans son QG, au Purple, un restaurant situé au bord de la darse, juste en face du centre commercial de Confluent. Très sympa, elle nous met tout de suite à l’aise avant de nous laisser dans les mains de Charlotte De Gaspari, la maquilleuse avec laquelle elle travaille. En vingt minutes à peine, le résultat est impressionnant. Surtout pour une fille qui ne se maquille jamais ! Après cette séance, Lucie nous prodigue ses conseils beauté. Quand on a les yeux bleus, il faut privilégier les fards à paupières marron, beige et doré pour apporter de la lumière au regard. Quand on a des lèvres fines, mieux vaut opter pour un gloss. Des conseils précieux et précis. On enchaîne par une séance de shopping à Confluence. L’objectif : trouver une robe pour les fêtes de fin d’année qu’on puisse remettre à d’autres occasions. On évitera donc le bling-bling et les paillettes. Lucie est toujours de bon conseil, n’hésitant pas à donner son avis quand quelque chose ne va pas. Et en tenant toujours compte de notre morphologie.
Les tarifs : De 100 à 500 euros en fonction du programme choisi. Compter 110 euros pour des conseils beauté et un shopping simple, 150 euros pour un relooking en ligne et 260 euros pour un relooking complet de deux jours.
Le point positif : Une après-midi très agréable à conseiller à tous ceux qui veulent changer de look sans succomber aux diktats de la mode.
Le point négatif : On peut faire la même chose avec une bonne copine du moment qu’elle a un peu de goût.

"Un vrai besoin”

L’EATO forme des coachs pour intervenir dans les entreprises. Corinne Lesot, responsable développement dans cette école, explique comment le coaching est passé de la sphère professionnelle au domaine privé.

Comment le coaching est arrivé en France ?

Corinne Lesot : Ça fait un peu plus de 20 ans que le coaching a fait son apparition en France. Au départ, le coaching concernait le monde sportif. C’est l’entreprise qui s’en est emparée ensuite. Ces deux mondes ont un regard commun sur la notion de performance. Puis cette pratique est arrivée dans la sphère privée plus récemment. Grâce au coaching, les gens ont pris conscience que c’était plus facile de se lancer et d’obtenir de bons résultats.

Le coaching, ce n’est pas juste un effet de mode ?

Si. D’ailleurs, en tant qu’école d’analyse transactionnelle, nous ne vendons pas de formation pour devenir coach au sens où les gens l’entendent généralement. Nous formons des professionnels de l’accompagnement, ce qui est bien différent. Ce qui me gêne dans le coaching, c’est la croyance magique selon laquelle le coach fait ça parce qu’il aime les rapports humains, qu’il a envie d’aider les gens... C’est chouette, mais ça ne suffit pas, du moins pour intervenir dans le monde de l’entreprise.

Mais la majorité des coachs interviennent auprès de particuliers ?

Oui. Mais par contre, ces coachs n’ont pas besoin de formation particulière. D’ailleurs, derrière le terme de coach, on peut tout mettre, ce qui donne une image parfois négative de cette pratique.

Comment choisir un bon coach ?

Il faut qu’il soit à l’écoute et qu’il soit lui-même bien dans ses pompes. Ce qui est très important également, c’est sa capacité de distanciation. Il doit savoir prendre du recul pour analyser au mieux la situation. Il faut aussi que le coach intervienne sur une durée limitée car l’objectif n’est pas de remplacer une thérapie.

Le coach peut être une alternative au psy ?

Je pense qu’il intervient généralement avant une thérapie. Mais c’est vrai qu’avant, les gens se confiaient par exemple au curé. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus compliqué de parler de ses difficultés ou de ses interrogations à une personne extérieure. Des amis ou des proches n’ont pas la capacité de recul suffisante pour faire avancer la personne. En plus, c’est difficile dans la société actuelle d’avouer une quelconque faiblesse. Donc, si ça permet aux gens d’oser, ça peut être génial.

Mais il y a quand même un risque de dépendance !

Non. Car justement, si un coach est de qualité, il va pouvoir aider la personne à prendre des décisions sans lui. Si la personne reste dépendante, c’est soit que le travail n’est pas terminé, soit que le coach a un ego démesuré. C’est un peu comme pour l’éducation d’un enfant : on l’accompagne, mais à un moment, on doit lui lâcher la main.

Mais certains coachings ne sont pas un peu futiles ?

Non, je ne pense pas. C’est sympa d’être accompagné surtout dans une société où il faut toujours se débrouiller seul. C’est chouette d’être soutenu et écouté. C’est aussi agréable pour les gens ayant un emploi du temps lourd d’avoir recours à des gens disponibles quand on le souhaite et qui peuvent même venir chez nous. Aujourd’hui, les coachs répondent à un vrai besoin.

Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo