Koto Parfums pour les enfants

Date de publication : 11/03/2013

C’est seule et sur un coup de tête que Nathalie Gourbeyre a décidé de lancer Koto Parfums en 2001, une entreprise spécialisée dans les parfums pour enfants. Aujourd’hui, elle réalise 5 millions d’euros de chiffre d’affaires.


Comment vous êtes-vous lancée dans le domaine de la parfumerie ?

Nathalie Gourbeyre : J’ai un parcours atypique car je n’ai pas fait de brillantes études. Originaire de Clermont-Ferrand, j’ai vécu à Paris où j’ai intégré l’ESMOD. Mon objectif était de devenir styliste pour enfants. J’ai commencé par travailler pour Petit Bateau puis dans une société de parfums pour enfants, Shao Ko. J’avais 27 ans et j’étais en charge des achats puis du marketing. C’est là-bas que j’ai vraiment appris mon métier. Mais la société a déposé le bilan et je suis partie travailler pour une entreprise américaine qui relançait le parfum Sonia Rykiel. J’ai ensuite enchaîné par le développement de produits Relais et Châteaux. C’était une super expérience mais au bout de trois ans, j’ai eu envie de devenir indépendante.

C’est pour ça que vous avez lance Koto Parfums ?

En 2001, j’ai monté Koto Parfums qui était une structure juridique me permettant de facturer mes prestations extérieures. Comme le développement d’un parfum pour la marque Sophie la girafe. Mais finalement, j’ai quitté Paris pour suivre mon compagnon à Lyon.

Les débuts à Lyon ont été compliqués ?

Oui, car Lyon est une ville fermée qui ne fonctionne que par réseaux. J’ai d’abord monté une affaire de décoration florale avant de travailler pour Savoie Yaourt. J’ai négocié pour eux une promotion utilisant les personnages du Manège enchanté dont le film sortait l’année suivante. J’ai donc rencontré les ayants droits du Manège enchanté qui cherchaient quelqu’un pour développer une ligne de parfum. J’ai donc décidé de me relancer dans cette activité du parfum en 2004.

Quels produits avez-vous développés ?

Le premier était L’eau enchantée de Margotte. Un parfum pour les petites filles que Marionnaud a immédiatement commercialisé dans 300 points de vente. à l’époque, je travaillais seule, ça m’a donc demandé une organisation et un travail énorme. Puis de fil en aiguille, on m’a présenté des personnes d’Europacorp, la société de production de Luc Besson, qui travaillait sur Arthur et les Minimoys. Mon dossier a été accepté face à de grosses entreprises, j’ai signé la licence fin 2005 et en septembre 2006 sont sortis les premiers parfums.

Vous étiez toujours seule ?

Non. Une fois que j’ai obtenu cette licence, j’ai embauché deux personnes, un responsable d’achats et de production, et un chef de produits. L’objectif était de tout gérer en interne : de la création à la distribution. En un an, on est passé de 180 000 euros de chiffre d’affaires à près d’un million. Ensuite, tout s’est enchaîné très vite car les produits Arthur ont cartonné.

Mais ce n’est qu’un phénomène de mode ?

C’est vrai. Une fois qu’il n’y a plus d’actualité, les boutiques ne renouvellent pas leur stock. C’est dommage car la gamme Arthur était un des rares parfums existants pour les petits garçons. C’est pour ça qu’on prend moins de risque avec des marques comme Hello Kitty qui existe depuis 40 ans.

Comment vous avez obtenu la licence Hello Kitty ?

Je leur ai écrit pendant un an car j’étais fan de leurs produits. Ils m’ont dit non, je suis revenue. Je suis même allée les voir à Hambourg où j’ai été reçu par un Japonais assis sur une chaise Hello Kitty, avec une tasse à café Hello Kitty... C’était surréaliste. Mais finalement, un mois plus tard ils acceptaient de travailler avec moi.

Quelle était l’importance pour vous de travailler avec cette marque ?

Hello Kitty est une marque qui a une résonance internationale. Nos produits sont donc distribués partout en Europe, en Asie, au Moyen-Orient et on vient de démarrer l’Amérique du Sud. Bref, cette licence nous a permis un développement à l’international très important avec plus de 200 produits.

Mais il existait déjà des parfums Hello Kitty !

Oui, notamment des produits de grande distribution. Mais nous, on voulait vraiment monter en gamme. On aurait pu coller l’image Hello Kitty sur un flacon de parfum, on en aurait très certainement vendus beaucoup. Mais ce n’était pas notre objectif. On a toujours voulu faire de la qualité et c’est ce qui nous a aussi permis d’obtenir une autre licence prestigieuse : Kimmidoll.

Comment avez-vous démarché cette nouvelle licence ?

Je suis allée à Singapour d’où j’ai ramené des petits carnets pour mes copines sur lesquelles il y avait ces Kimmidoll que je ne connaissais pas à l’époque. En rentrant, ma mère m’a offert un porte clé Kimmi porte-bonheur, j’ai vu une poupée dans une boutique de décoration lyonnaise... Du coup, j’ai senti le coup venir et en 2009 j’ai contacté les Australiens qui ont créé cette marque. Le lendemain j’avais une réponse !

Ils ont tout de suite accepté ?

Non. Ils venaient de démarrer et ne faisaient pas de licence. Mais en 2010, ils m’ont recontactée. A l’époque, je pensais que c’était un peu passé de mode mais finalement ils venaient de développer une ligne pour petites filles, les Kimmi Junior. J’ai trouvé ça génial et en septembre 2012 on a lancé des produits Kimmi, entièrement fabriqués en France.

Quelles sont les qualités pour faire un bon parfum pour enfants ?

Les enfants aiment les choses très fruitées et ils sont très fort olfactivement pour reconnaître les composants d’un parfum. On fait vraiment des produits pour eux, avec un packaging réfléchi. Ce ne sont pas juste des produits pour adultes déguisés. C’est pour ça que ça fonctionne.

Vous n’avez pas été impacté par la crise ?

On fait partie des valeurs sûres donc nous sommes peu impactés. Cette année, on a perdu 500 000 euros sur les pays d’Europe du Sud mais on a compensé dans d’autres zones géographiques. L’étranger représentant 70% de notre chiffre d’affaires. Néanmoins, cette année en France, on a fait + 20%. Pour un chiffre d’affaires global de 5 millions d’euros dont 6 à 7% de résultat avec 20 salariés.

Où sont vendus vos produits ?

En France, nous sommes vendus dans plus de 2 000 points de vente. Nous sommes aussi présents dans 90 pays et depuis peu de temps au Mexique, Chili et Paraguay. Des pays où l’enfant est roi. On vend aussi énormément de produits dans les aéroports.

Vous adaptez vos produits aux différents pays ?

On adapte un peu les fragrances, notamment en Asie où le marché Hello Kitty plaît aussi aux adultes, alors que notre cœur de cible ce sont les 6-12 ans.

Les étrangers recherchent ce savoir-faire français ?

Absolument. Le made in France fait vendre car c’est un gage de qualité. Les consommateurs français sont aussi de plus en plus sensibilisés à ça.

Quelles sont vos perspectives de développement pour 2013 ?

On mise sur une croissance de 20% grâce notamment à l’ouverture de nouveaux marchés émergents en Amérique du Sud. On va aussi lancer deux nouveaux parfums Kimmi, une nouvelle ligne de maquillage et on va sortir une nouvelle ligne pour les tout petits en septembre. Je suis également en négociation avec une nouvelle licence mais par superstition, je préfère ne pas en parler avant que le contrat ne soit signé... Mais je suis sûre que ça va cartonner ! 
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

28/06/2020

Albigny-sur-Saône : Yves Chipier  (47,38%)

Bron : le LR Jérémie Bréaud (51,23%) bat le maire sortant PS Jean-Michel Longueval

Charbonnières-les-Bains : le maire sortant Gérald Eymard DVD est réélu (44,89%)

Charly : Olivier Araujo DVD (52,91%) bat la maire sortante Corinne Barbasso-Bruas

Chassieu : ex-aequo inhabituel entre deux DVD Jean-Jacques Selles et Sylvaine Coponat (42,09%) avec l'écologiste Joëlle Percet en arbitre (15,82%°

Collonges-au-Mont-d'Or : Le maire sortant DVD Alain Germain est réélu (59,48%)

Craponne : Sandrine Chadier DVD (50%)

Ecully : Sébastien Michel DVD (49,60%)

Francheville : Le maire sortant LR Michel Rantonnet (50,88%) est réélu avec seulement 72 voix d'avance sur Bernard Legrand

Genay : la mairie sortante Valérie Giraud l'emporte (50,65%)

Givors : Mohamed Boudjellaba a une courte avance (28,88%) sur Christiane Charnay (28,24%)

Meyzieu : le maire sortant LR Christophe Quiniou (37,70%) devance de peu le DVG Issam Benzeghiba (35,86%)

Mions : le maire sortant LR Claude Cohen (58,53%)

La Mulatière : Véronique Deschamps (51,16%)

Oullins : la maire sortante Clotilde Pouzergue DVD (51,32%) devance l'écologiste Jean-Charles Kohlhaas

Saint-Cyr-au-Mont-d'Or : Patrick Guillot (50,20%

Saint-Didier-au-Mont-d'Or : Marie-Hélène Mathieu (50,29%)

Saint-Fons : Christian Duchêne (Union de la gauche) 51,68% bat la maire sortante centriste Nathalie Frier

Saint-Genis-Laval : la centriste Marylène Millet (45,08%) bat le maire sortant centriste Roland Crimier

Saint-Romain-au-Mont-d'Or : Jean-Marie Hombert (51,85%) bat Thierry Loir et le maire sortant Pierre Curtelin

Sathonay-Camp :Damien Monnier (51,32%)

Vaulx-en-Velin : la maire sortante PS Hélène Geoffroy est en tête (44,30%)

Villeurbanne : le candidat PS Cédric Van Styvendael (70,38%) gagne face à Prosper Kabalo



29/06/2020
Avec un potentiel de voix supérieur à 80 sur les 150 élus à la Métropole, le candidat écologiste devrait être élu Président de la Communauté urbaine ce jeudi 2 juillet face à François-Noël Buffet. Le résident sortant David Kimelfeld est également distancé 

Les résultats dans les 14 circonscriptions :

Elections Métropolitaines :

Les résultats définitifs par circonscription

Lyon Ouest

L'écologiste Bertrand Artigny est largement en tête avec 43,50% contre 28,63% pour Thomas Rudigoz (Liste Kimelfeld) et 27,87% pour Gérard Collomb (Liste Buffet)

Lyon Centre

L'écologiste Fabien Bagnon (47,31%) distance le président sortant David Kimelfeld (29,51%) et Pierre Chambon (Liste Buffet) (23,19%)

Lyon Nord

Le LR Pascal Blache (40,44%) devance Florence Delaunay (37,48%) et Catherine Panassier (liste Kimelfeld) (22,09%)

Lyon Est

L'écologiste Isabelle Petiot (45,24%) est largement devant Carole Burillon (liste Buffet) (29,86%) et Guy Corazzol (liste Kimelfeld) (24,90%) 

Lyon Sud

Large avance pour l'écologiste Thomas Dossus avec 56,55% des voix devant Myriam Picot (Liste Kimelfeld) (23,49%) et Christophe Geourjon (Liste Buffet) (19,95%)

Lyon Sud-Est

L'écologiste Nathalie Dehan gagne avec 47,25% devant Louis Pelaez (liste Collomb) (27,41%) et Michel Le Faou (liste Kimelfeld) (27,41%)

Villeurbanne

L'écologiste Bruno Bernard l'emporte largement (66,79%) face à Prosper Kabalo (33,21%)

Val de Saône

Marc Grivel (Liste Kimelfeld) 36,84% devance la centriste Michèle Vullien (Liste Buffet) 33,44% et l'écologiste Jérémy Camus (29,72%)

Plateau Nord Caluire

Le LR Philippe Cochet est en tête avec 52,75% contre 29,42% pour l'écologiste Séverine Hemain, 13,40% pour Cécilia Sanchez (13,40%) et 4,43% pour Emmanuelle Pelluet (Liste Collomb du 1er tour)

Rhône Amont 

La PS Hélène Geoffroy (48,72%) devance le LR Christophe Quiniou (Liste Buffet) (39,07%).

Portes du Sud

La mairie communiste sortante de Vénissieux, Michèle Picard (39,87%), devance l'alliance dirigée par Yves Blein, député LREM (33,65%)

Portes des Alpes

Le maire LR de Saint-Priest Gilles Gascon (liste Buffet) 46,35% devance l'écologiste Véronique Moreira (41,03%) et le RN Rémi Berthoux (12,61%)

Lônes et Coteaux

L'écologiste Jean-Charles Kohlhaas (36,61%) arrive tout juste en tête devant François-Noël Buffet (36,07%) soutenu par Gérard Collomb et Jean-Luc da Passano (liste Kimelfeld) (27,32%)

Ouest

Le LR Pascal Charmot est en tête avec 45,07% devant l'écologiste Hélène Dromain (30,16%) et Alain Galliano (liste Kimelfeld)(24,77%)




28/06/2020
Un hors-série pour l'été

28/06/2020

Une programmation originale pour cet été



Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo