OL- ASSE Qui va gagner ?

Date de publication : 07/05/2013

Fin avril, l’Olympique lyonnais recevra l’AS Saint-Etienne pour un derby très prometteur. En effet, après plusieurs années de domination lyonnaise, les forces semblent s’être équilibrées cette année. Mag2 Lyon a demandé à plusieurs anciens des deux équipes leur avis sur ce duel. Par Stéphane Damian-Tissot


L’effectif

Pour composer leur effectif actuel, les deux équipes ont mis en place une stratégie opposée. En effet, si l’Olympique lyonnais a investi 117,65 millions d’euros, l’AS Saint-Etienne n’a dépensé que 17,94 millions d’euros selon une étude menée par l’Observatoire du football du Centre International d’Etude du Sport. Une stratégie à bas coût payante qui permet à Saint-Etienne de talonner l’OL grâce à un recrutement intelligent. Comme en témoigne l’achat de Pierre-Emerick Aubameyang, acquis pour moins de 2 millions d’euros au Milan AC en 2011 et qui pourrait être revendu 5 fois plus cher l’été prochain grâce à ses 16 buts marqués cette saison. Sans parler des nombreux joueurs comme Brandao ou Lemoine, relancés par l’entraîneur Christophe Galtier alors qu’ils étaient en perte de vitesse.
Du côté de l’OL, la politique, notamment sous les années Puel, d’acheter de bons joueurs à des sommes élevées (Gourcuff, Lisandro, Gomis...) a permis à Lyon de construire une vraie belle équipe. Et ce malgré les nombreux départs enregistrés ces derniers mois. "Les dirigeants stéphanois ont une très bonne connaissance du football, ça leur permet de réaliser des beaux coups. Mais pour moi, le centre de formation de l’OL et sa puissance financière lui permettent d’avoir un effectif avec plus de certitude”, explique Olivier Rouyer, ancien joueur des deux équipes et consultant sur Canal+.

AVANTAGE OL


Le jeu

"Sur cette saison, si Lyon parait plus solide voire plus régulier, Saint-Etienne est plus séduisant avec son jeu fait de permutation et de vitesse”, analyse Patrice Ferri, commentateur sur Bein Sport. Deuxième meilleure attaque de Ligue 1 derrière le PSG, Saint-Etienne a réalisé des performances parfois éclatantes comme contre Bastia (victoire 3-0) ou Nice (4-0). Avec Brandao en point de fixation omniprésent et des créateurs de talent comme Mollo, Aubameyang ou Hamouma, l’ASSE semble avoir trouvé la bonne organisation tactique depuis le début de l’année.
L’OL, à l’inverse, faiblit. Considérée comme la formation qui pratiquait le plus beau jeu du championnat en 2012, les hommes de Rémi Garde ont clairement plus de mal. "L’OL maîtrisait son sujet, mais souvent sans audace. Dès que les équipes ont commencé à bien lire leur jeu, ils ont eu plus de mal”, poursuit Ferri qui a passé huit saisons à Saint-Etienne et une à l’OL.

AVANTAGE ASSE


La dynamique

Six victoires, quatre matches nuls et aucune défaite en 2013, tel est le bilan de l’AS Saint-Etienne depuis le début de la phase retour jusqu’à fin mars. Des statistiques impressionnantes qui permettent au club du Forez d’être tout simplement le leader de la Ligue 1 sur les 10 derniers matches. Et ce, malgré un calendrier plutôt costaud puisque l’ASSE a joué contre Nice, Paris, Rennes ou Montpellier.
Sur la même période, l’OL n’arrive qu’à la 6e place du classement avec sept points de retard sur les verts. La faute à des résultats en dent de scie qui ont vu les Lyonnais perdre contre Bastia, Ajaccio et faire match nul contre Brest. 

AVANTAGE ASSE


Le calendrier

Lyon et Saint-Etienne ont un calendrier presque similaire avec chacun quatre rencontres contre des membres du Top 10. Lyon doit encore défier Montpellier, Nice, Rennes et surtout Paris tandis que Saint-Etienne jouera contre Bordeaux, Lorient, Lille ou encore Marseille. Toutefois, dans la course à la Ligue des champions, Saint-Etienne pourrait être pénalisé par un calendrier plus chargé puisque les Verts sont encore en course en Coupe de France et en Coupe de la Ligue alors que l’OL n’a plus que le championnat. Soit potentiellement quatre matches de plus en cas de qualification pour la finale de la Coupe de France. A ce stade de la compétition, où les organismes commencent à fatiguer, cette accumulation de rencontres pourrait compter. Une analyse que contredit l’ancien international Laurent Fournier. "Etre sur plusieurs tableaux permet de faire tourner l’effectif, de mettre de la concurrence dans le groupe. Et si Saint-Etienne remporte la Coupe de la Ligue, l’euphorie de la victoire pourrait les galvaniser”.

AVANTAGE ASSE


Le club

En terme de budget, l’OL et Saint-Etienne ne boxent pas dans la même catégorie. Avec 145 millions d’euros, Lyon dispose du 2e budget de Ligue 1 derrière le PSG. Saint-Etienne, avec 50 millions d’euros, n’occupe que le 7e rang. De quoi donner encore plus de crédit aux résultats des Verts qui se classent devant des équipes plus riches comme Bordeaux (75 millions) ou Montpellier (60). En terme de train de vie par contre, les deux équipes ont une politique assez similaire de réduction de leurs dépenses. Mis sous pression régulièrement au coeur des années 2000 par la DNCG, la commission chargée de surveiller les comptes des clubs français, Saint-Etienne a fait des efforts. Notamment l’été dernier où les Stéphanois ont baissé leur masse salariale de 5 millions, passant de 35 à 30 millions d’euros. Des efforts importants mais encore insuffisants puisqu’il manquerait encore 3 à 4 millions d’euros au club du Forez pour avoir des comptes à l’équilibre en juin prochain. Une qualification en Ligue des Champions, qui pourrait rapporter au moins 15 millions d’euros au club, faciliterait la vie du club. Du côté de l’Olympique lyonnais, ce ticket pour la plus prestigieuse des compétitions européennes est encore plus vital. Avec 91 millions de perte en trois exercices, Lyon tente de rééquilibrer ses comptes comme en témoigne la réduction de la masse salariale de 20 millions d’euros en 2012-13. La vente de quelques éléments aux salaires élevés, comme Yoann Gourcuff, pourrait également donner un coup de pouce… 

ÉGALITÉ 


Bilan

Si Saint-Etienne semble sur une dynamique plus positive que l’OL sur cette fin de saison, le résultat de la finale de la Coupe de la Ligue pourrait beaucoup peser sur la rencontre entre les deux équipes prévue une semaine plus tard. Mais également sur la fin de saison. "Je crois que Lyon reste l’équipe la mieux armée pour finir dans les trois premiers et disputer la Ligue des champions. Sur cette fin de saison, l’expérience va compter et l’OL peut s’appuyer sur des joueurs qui ont tous disputé des rencontres de haut niveau”, pronostique Laurent Fournier. Même son de cloche du côté d’Olivier Rouyer : "Je vois clairement l’OL être dans les trois premiers. Pour Saint-Etienne, ils seront européens c’est certain. Mais je ne me mouillerai pas sur une qualification en Ligue des champions”. Une vision que ne partage pas Patrice Ferri : "Je pense que si Saint-Etienne gère bien son calendrier, ils peuvent finir devant Lyon. Ils sont plus à l’abri de trous d’air”. 

Article publié dans le Mag2 Lyon d’avril 2013.
Mag2 Lyon de mai actuellement en kiosque avec un reportage sur l’équipe féminine de l’OL et une interview du nouveau président du LOU


Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo