“Schizophrénie”

Date de publication : 12/08/2013

Dossier publié dans Mag2 Lyon de Juin 2013
En rubrique Politique dans le numéro en kiosque, retrouvez Jean-Jack Queyranne, Le Conseil régionnal, Anne Brugnera, Laurent Wauquiez et les Antifa lyonnais

Vice-président du Medef Rhône, Benoît Soury juge l’action d’Arnaud Montebourg et du Gouvernement actuel trop dispersée.

"Malheureusement, il n’y a pas de ministère des entreprises. C’est la première chose. Il y a même un vrai morcellement au sein du pouvoir politique. Pas seulement à Bercy mais aussi pour l’export au ministère des Affaires Étrangères. Il y a à la fois une expression faciale de volonté avec le ministère de Montebourg et une dispersion des interlocuteurs pour le monde économique qui est sans comparaison avec ce qui se faisait avant. Et la seconde, c’est qu’on n’empêche pas les rivières de couler. Aujourd’hui, ce qui est mis sur le devant de la scène, c’est le nombre de salariés concernés. Le signalement se fait plutôt par l’agitation sociale. Et on a une sorte de schizophrénie avec des projets de loi interdisant de fermer des sites qui seraient encore profitables et la volonté de jouer le go-between sur des situations pour le moins compliquées et parfois désespérées. La troisième chose c’est qu’il est difficile de faire rêver quand on s’affiche comme Montebourg à ce point contre les dirigeants ou les actionnaires de certaines entreprises et clairement dans le camp du nombre de salariés. Car il n’y a pas cette neutralité. Or, si on fait une opposition trop systématique entre salariés et actionnaires, on n’a plus ce rôle constructif car cela force aussi les antagonistes. Enfin, il ne faut pas faire rêver comme dans le dossier Petroplus qui a fini par fermer. Je n’ai pas de jugement excessif sur la personnalité de Montebourg et je n’ai pas de raison de douter de sa personnalité car je ne le connais pas personnellement. Je trouve aussi positif qu’il y ait une décentralisation de son action avec un responsable régional et une attention à ce qui se passe dans les entreprises du territoire. Mais de là à ce que les patrons lui portent un crédit… Et puis il faut avoir un peu de mémoire. Au moment de la crise de 2009-2010, le préfet Jacques Gérault réunissait aussi le monde économique autour de lui. Aujourd’hui, quand Montebourg force les uns et les autres à se mettre autour de la table, c’est peut-être plus visible mais je ne suis pas sûr que cela soit plus efficace.”


Lire également :

À quoi sert Montebourg ? Premier bilan tiré par Mag2 Lyon du ministère du Redressement productif
"La fin du laisser-faire !”, interview d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif
"Pas de mode d’emploi”, interview d’Alexandre Moulin, représentant du ministère du Redressement productif dans la région


Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo