Gérard Collomb veut-il vraiment la réussite de la Réforme des rythmes scolaires à Lyon ?

Date de publication : 16/02/2014

Gérard Collomb veut-il vraiment la réussite de la Réforme des rythmes scolaires à Lyon ?
 
On peut en douter compte tenu du retard pris dans le travail préparatoire qui aurait déjà dû commencer depuis plusieurs mois. Dans la plupart des communes périphériques, c’est ce qui a été fait en concertation entre les collectivités porteuses d’un Projet Educatif de Territoire « PEDT», les autorités académiques, les élus, les enseignants et les parents d’élèves.
Dans une commune de l’ouest lyonnais, plutôt conservatrice, très proche du 5°  arrondissement de Lyon, un comité de pilotage a été mis en place dès février 2013 pour une application de la réforme à la rentrée 2014. Ce comité de pilotage a réuni les élus à la vie scolaire, aux sports et à la jeunesse, à la vie sociale et associative et une équipe-projet chargée spécialement d’animer les activités périscolaires. Aujourd’hui, dans cette commune,  la programmation du temps d’activités périscolaires (TAP) est déjà prévue : activités de découverte, art et culture, sport, santé, numérique et sciences, développement durable et citoyenneté.
Rappelons ici le bien fondé de cette réforme : les écoliers français subissent des journées plus longues et plus chargées que leurs camarades européens ; un volume horaire annuel d’enseignement de 864 heures par an, contre 774 heures à 821 heures en moyenne dans les autres pays européens, l’année scolaire étant concentrée sur 36 semaines, soit 144 jours contre 187 jours chez nos voisins.
Le Professeur Hubert Montagner spécialiste reconnu des rythmes biopsychologiques des enfants considère qu’à partir de 8 h 30, heure d’entrée en classe, il faut entre trente et soixante minutes pour que l’enfant développe une attention et une réceptivité optimale ; un pourcentage important d’enfants baillent entre 8 h 30 et 9 h 30. La mi-journée se caractérise par une dépression de la vigilance corticale. Après 16 h 30, on constate une augmentation du métabolisme, de la température corporelle et de la force musculaire ce qui favorise les activités physiques. Les enfants qui ont des difficultés de sommeil et des troubles du rythme veille-sommeil comme ceux qui vivent dans l’insécurité affective subissent encore plus les horaires de travail actuels, leur vigilance et leur attention restant faibles entre 14h et 16h30.
Dans un rapport de janvier 2010, l’Académie nationale de médecine soulignait que l’altération du fonctionnement de l’horloge biologique des enfants quand celle-ci n’est plus en phase avec les facteurs de l’environnement, entraîne fatigue et difficultés d’apprentissage.
Ce rapport recommandait aussi d’avoir une approche glabale du temps de l’enfant en tenant compte des trois temps d’une journée, à savoir les temps familiaux, les temps scolaires et les temps récréatifs, sociaux, sportifs, artistiques et culturels. L’Académie de médecine nous invite à penser l’école comme un lieu de vie et d’éducation pour qu’elle aide chaque enfant à révéler ses possibilités et ses aspirations grâce à des interactions complémentaires et une écoute mutuelle de l’ensemble des acteurs (enseignants, familles, éducateurs et autres partenaires).
La réforme des rythmes scolaires permettra donc de mieux répartir les heures de classe sur la   semaine, d’alléger la journée de classe et de dispenser l’enseignement à des moments où la concentration des élèves est la plus grande. Ainsi, les 24 heures d’enseignement hebdomadaire seront étalés sur neuf demi-journées, incluant le mercredi matin, avec une journée de classe de 5 h 30 maximum et une demi-journée de maximum 3 h 30 ; la pause méridienne étant de 1 h 30 minimum. Les TAP (temps d’activité périscolaire) pourraient commencer selon les établissements et selon les jours dès 15 h 30 et se prolonger jusqu’à 18 h.
Comment cette réforme sera-telle financée ?
Un fonds spécifique d’au moins 250 millions d’euros permettra d’aider les communes à mettre en oeuvre la réforme et une dotation de 50€ sera allouée par enfant. Les communes urbaines ou rurales les plus en difficulté bénéficieront de 40€ supplémentaires par élève. Il reste que chaque commune devra mettre en oeuvre tous les moyens financiers et pédagogiques pour faire réussir cette réforme avec des personnels qualifiés. Lorsqu’il
s’agit de l’éducation de nos enfants, les élus doivent faire des choix budgétaires clairs et nous souhaitons ardemment que la prochaine équipe municipale lyonnaise prenne très rapidement ses responsabilités pour préparer efficacement la prochaine rentrée, compte tenu du retard constaté dans la préparation.
En septembre 2013, plus d’1 million d’élèves ont bénéficié de cette nouvelle réforme ; 32 villes de plus de 50.000 habitants comme Brest, Angers ou Nevers l’ont déjà expérimentée avec des résultats concluants. A Toulouse, les élèves travaillent le mercredi matin, sortent à 16 h les après midi et sont accueillis après la classe dans des centres de loisirs associés à l’école qui leur proposent des activités diversifiées et encadrées.
On peut comprendre les appréhensions ou les réticences de certains qui doutent de l’efficacité de cette nouvelle réforme. Plusieurs enseignants sont inquiets car ils ont été trop souvent déçus par des successions de réformes mal préparées ou mal appliquées ; beaucoup ne nient pas l’importance du changement des rythmes scolaires, à condition aussi que le nombre d’élèves par classe soit limité à 25.
A Lyon, tous les acteurs de la vie scolaire -les élus, les enseignants, les parents d’élèves, les animateurs- en collaboration avec le Directeur d’académie des services de l’Education nationale doivent être mobilisés dès maintenant pour assurer dans de bonnes conditions à la rentrée prochaine cette réforme.
               
Jean-Paul GAUTHIER Psychologue, membre du Gram (Groupe de Réflexion et d’actions métropolitaines)

Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo