“Une politique unijambiste”

Date de publication : 16/07/2014

Ancien conseiller de Lionel Jospin, le député et économiste Pierre-Alain Muet n’est pas d’accord avec la politique actuelle du gouvernement. Selon cet élu socialiste, les allègements pour les entreprises n’auront pas des effets assez rapides. Il fait partie des 100 députés frondeurs qui ont interpellé Hollande.

Pourquoi vous êtes devenu un "frondeur” ?
Pierre-Alain Muet : Mais je n’aime pas ce terme ! Mon désaccord porte sur la politique économique du gouvernement. J’ai eu l’occasion de m’expliquer pendant une heure avec le Président de la République, François Hollande, qui a repris certaines de mes propositions à la veille de la conférence sociale. Notamment la nécessité de renforcer l’apprentissage. Mais on ne l’a pas retrouvé dans les textes à l’Assemblée nationale. Pourtant, il y a urgence.

Qu’est-ce que vous avez voulu démontrer à François Hollande ?
J’ai essayé de le convaincre que la politique de l’offre actuellement menée n’aura pas les effets escomptés. Aujourd’hui, on allège trop les charges pour les entreprises et pour se permettre cette stratégie fiscale, on donne un coup de rabot sur les dépenses publiques. Ce n’est pas la politique la plus intelligente pour faire des économies car cela ne correspond pas à une vraie modernisation de l’Etat. Et c’est mal perçu par nos concitoyens qui sont prêts à faire des efforts pour réduire les déficits publics mais pas pour ces dépenses fiscales.

Soulager les entreprises ne va pas créer d’emplois ?
Ces allégements produiront un effet sur l’emploi dans deux ou trois ans alors qu’il est nécessaire de retourner rapidement la courbe du chômage. La seule solution, c’est d’agir massivement sur les emplois aidés et l’apprentissage.

Lisez la suite dans Mag2Lyon de juillet/août, actuellement en kiosque
Partager
Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo