Rentrée scolaire, pas tous au même rythme

Date de publication : 09/09/2014

La rentrée 2014 a été synonyme du retour à la semaine de 4,5 jours pour les élèves de maternelle et de primaire. Pour les communes, ça a surtout été un casse-tête pour proposer des activités périscolaires de qualité. Qui sont les bons élèves du Grand Lyon ?

En Rhône-Alpes, la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires ne s’est pas faite sans heurt. Dans le Grand Lyon, beaucoup de communes ont attendu 2014 pour l’appliquer, quand seules deux municipalités, Feyzin et Saint-Fons, s’étaient lancées à la rentrée 2013 (voir l’interview d’Yves Blein, maire de Feyzin). Organisation, contenu des activités, encadrement, coût... Pour comprendre comment chaque commune du Grand Lyon s’est adaptée à cette loi Mag2 Lyon a fait parvenir un questionnaire aux 59 communes de l’agglomération. 38 d’entre elles nous ont répondu. Parmi elles, toutes ont fait le choix d’avoir école le mercredi matin.
Sondage, conseil d’école, réunion de concertation publique, participation des parents d’élèves, comités de pilotage, enquêtes... Sous différentes formes, toutes les communes ont consulté les parents. Par contre, toutes les villes du Grand Lyon n’ont pas opté pour la même organisation. A 68%, elles ont choisi d’appliquer la réforme telle qu’elle était prévue initialement dans le décret en plaçant au minimum 45 minutes de Temps d’activités périscolaires (TAP) à la fin de chaque journée complète. Par exemple à Craponne les TAP commenceront à 15h45 pour s’achever à 16h30. Parfois, les TAP durent plus longtemps, comme à Décines, où ils sont programmés tous les jours de 16h à 17h30. Ainsi, l’option qui paraissait la plus complexe à mettre en oeuvre en termes d’organisation et de recrutement a été la plus plébiscitée. Il n’a donc pas été si difficile de recruter des animateurs pour seulement 1h de travail chaque jour de la semaine, come l’assènent les maires récalcitrants... Seules douze communes ont choisi de profiter de l’assouplissement du décret par Benoit Hamon. Ainsi, Oullins (UMP), Cailloux-sur-Fontaines (DVD), Saint-Genis-Laval (UDI) et bien sûr Lyon (PS) ont décidé de regrouper les TAP le vendredi après-midi, de 13h30 à 16h30. De même pour Francheville (UMP) qui a choisi de tout regrouper le jeudi après-midi. Ce qui est considéré comme la moins mauvaise option car cela permet une véritable coupure dans la semaine alors que le vendredi rallonge le week-end. Une organisation privilégiée également par Rochetaillée-sur-Saône, Charbonnières, Limonest, Quincieux et Fleurieu-sur-Saône, toutes divers droite. Enfin, Givors (LUG) a réparti ses 18 écoles en deux zones, dont l’une aura ses TAP le mardi de 14h à 18h et l’autre le jeudi, "afin de permettre une utilisation et une mobilisation maximum des équipements et des éducateurs périscolaires”, indique la mairie. Idem pour Lissieu (DVD)...

Découvrez la suite du dossier dans le numéro de septembre de Mag2Lyon, actuellement en kiosque.
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo