Carmen Maria Vega, star de Mistinguett

Date de publication : 09/09/2014

La chanteuse lyonnaise est à l’affiche de "Mistinguett, reine des années folles”, la comédie musicale de la rentrée. Un changement de registre pour une artiste punk dans l’âme. Explications.

Comment est-ce que vous décririez ce spectacle ?

Carmen Maria Vega  : C’est vraiment un music-hall, il y a autant de comédie que de chant et de danse. Ma grosse crainte c’était qu’il y ait beaucoup de chansons et peu de place au jeu, mais ils ont écrit un livret assez complet qui mêle intrigue, états d’âmes et romance. C’est une histoire proche des gens, qui propose de vivre de l’intérieur la création d’une première revue. On suit les péripéties du directeur du Casino de Paris qui va convaincre Mistinguett de retourner sur scène, sa rupture avec Maurice Chevalier, sa prochaine histoire d’amour avec le danseur de claquettes américain... Musicalement c’est hyper qualitatif. C’est très agréable de jouer avec des vrais musiciens sur scène, en live.
Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet ?
Incarner quelqu’un comme Mistinguett. C’est un personnage très intéressant. De l’extérieur c’est une femme très dure au caractère bien trempé qui ne laisse rien passer. Elle avait aussi la réputation d’être pingre et d’être imbuvable au travail. Mais ces femmes là tombent aussi amoureuses et ont des fêlures. C’est cette dimension-là qui m’a plu, qui amène du relief dans le jeu.
Vous connaissiez son histoire avant de travailler dessus ?
Oui, je connaissais les chansons "Mon homme”, "Je cherche un millionnaire” et "Il m’a vue nue” qui me faisait mourir de rire quand j’étais plus jeune. Son histoire fait partie de l’inconscient collectif et d’une espèce de fierté française.
Vous avez des similitudes avec elle ?
J’espère être plus sympa qu’elle ! Mais je me reconnais dans son rapport au travail et à la volonté, dans le sens où il n’y a que le travail qui paye. Dans mes projets personnels j’attache tellement d’importance à la préparation, à la rigueur, aux détails... Je suis assez pointilleuse. Là dessus on peut nous trouver des similitudes...

Découvrez la suite de l’interview dans le numéro de septembre de Mag2Lyon, actuellement en kiosque

Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo