Sénateurs, ce qu’ils font de leur réserve parlementaire

Date de publication : 08/10/2014

Chaque sénateur dispose d’une dotation financière pour soutenir les projets locaux de son choix. Le détail vient d’être publié par le ministère de l’Economie. Voici ce que les sénateurs de la région Rhône-Alpes ont financé...

2,2 millions d’euros. C’est ce que les sénateurs de Rhône-Alpes ont attribué aux collectivités locales pour financer des projets. Cet argent provient de leur réserve parlementaire, une dotation que chaque sénateur reçoit et qu’il attribue comme il le souhaite à des actions locales. Chaque sénateur reçoit environ 150 000 euros par an en fonction de critères déterminés par son groupe politique comme le travail en commission, l’assiduité...
Local sportif, défibrilateurs et orgue
Dans le cadre de la loi sur la transparence, le détail des dotations a été mis en ligne par le ministère de l’économie. Le document est énorme : 95 pages répertoriant toutes les communes de France qui ont bénéficié du soutien d’un sénateur entre 2005 et 2013. En majorité, les sénateurs donnent aux communes de leur circonscription. Ainsi, on apprend que Guy Fischer, sénateur communiste dont le mandat vient de prendre fin, a donné 65 000 euros pour la construction d’un local sportif à proximité du terrain de sport Tony Garcia à Givors. C’est d’ailleurs la plus grosse donation répertoriée dans la région. L’élu PC a aussi été généreux avec Montagny, autre commune du Rhône, à qui il a reversé 52 500 euros pour aménager une salle culturelle. Autre grosse enveloppe du côté de Roanne, qui a reçu 60 000 euros pour la restauration de l’orgue de l’église Saint-Etienne de la part de Josiane Mathon-Poinat, sénatrice PC de la Loire jusqu’en 2011. Ce qui montre qu’une sénatrice PC peut être oecuménique...
Du côté d’Annecy, l’UMP Pierre Hérisson a participé, à hauteur de 50 000 euros à l’implantation de vestiaires modulaires au Stade des Iles. En Savoie, Jean-Pierre Vial a soutenu la construction d’une école élémentaire et d’une cantine en débloquant 41 000 euros. Dans le Rhône, l’UDI Michel Mercier a donné 32 800 euros pour aménager des espaces publics dans le centre-ville de Thizy-les-Bourgs, commune dont il est maire. Dans le même département, Elisabeth Lamure, sénatrice UMP, a donné 15 000 euros pour réhabiliter l’ancienne caserne de pompier de Saint-Etienne-des-Oullières et la transformer en salle de réception. Ce qui ne représente évidemment pas la totalité des travaux.
Certains sénateurs se font remarquer car ils choisissent de soutenir des projets moins visibles pour le grand public mais très utiles. C’est le cas de Sylvie Goy-Chavent, élue PRG de l’Ain, qui a distribué près de 80 000 euros pour acheter des défibrilateurs aux communes de son département. Grâce à elle, 66 défibrilateurs ont pu être acquis et installés. Elle est aussi l’auteur de la plus petite donation : 237 euros pour acheter un ordinateur portable à la bibliothèque de Cerdon. La sénatrice de l’Ain est d’ailleurs l’une des plus généreuses de la région puisqu’elle a distribué au total 186 000 euros aux projets locaux.

Découvrez la suite de cet article dans le Mag2 Lyon d’octobre, actuellement en kiosque.
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo