On a aimé l’exposition Lumière ! Le cinéma inventé au Grand Palais

Date de publication : 11/05/2015

À l’occasion du 120ème anniversaire du Cinématographe, l’Institut Lumière se délocalise au Grand Palais de Paris. Jusqu’au 14 juin 2015, une exposition retrace l’épopée industrielle et créative de la famille Lumière. Mag2 Lyon est allé sur place pour la découvrir. Verdict. Par Laura Daniel

ON A AIMÉ
Un parcours interactif et sensoriel.
Le dispositif imaginé par la scénographe Nathalie Crinière transforme la visite en véritable voyage. Plongé dans une lumière bleutée rappelant celle des salles obscures, le visiteur avance aux sons des déclencheurs et des bobines de pellicules en mouvement. La traversée est loin d’être monotone, puisqu’elle alterne entre découverte d’objets d’époque et séquences plus visuelles et interactives.

À travers les siècles. La technologie est ici au profit de l’histoire et permet de mieux apprécier l’inventivité des Lumière. 150 films ont été restaurés en numérique 4K pour l’occasion. Parmi eux, L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat, connue pour avoir déclenché, lors de sa première projection, l’affolement des spectateurs par son réalisme. Elle est aujourd’hui encore plus proche du réel avec une restauration 3D pouvant être regardée sans lunettes. À mi-chemin de l’exposition, le retour dans le temps est total avec la reconstitution du Salon indien du Grand Café où eu lieu en 1895 la première séance de cinéma publique et payante. Les galeries laissent ensuite place à une impressionnante mosaïque murale formée par la projection simultanée des 1422 films Lumière.

La ville lumière n’est pas oubliée. L’Institut Lumière et la ville de Lyon sont à l’honneur de cette rétrospective. Des maquettes et des cartes postales reconstituent le quartier de Monplaisir lors de cette épopée familiale, à la fin du XIXème siècle. Et les Lyonnais pourront aussi en profiter : l’exposition sera délocalisée au Musée des Confluences en 2016.

Accessible et intergénérationnelle. L’exposition est dense sans pour autant être trop technique. L’histoire du cinéma et de la famille Lumière y sont racontées de manière claire et synthétique. Pas besoin d’être un féru de cinéma pour en apprécier la richesse : les projections sont autant de miroirs de la société de l’époque. C’est la Grande Histoire qui est reflétée avec les films réalisés à travers le monde par les "opérateurs” de la société Lumière. Et même les enfants y trouvent leur compte, avec un espace jeunesse coloré et ludique qui leur est dédié.

ON N’A PAS AIMÉ

Victime de son succès. Malgré une visite en début de semaine, il faut attendre plus d’une heure pour pouvoir accéder au salon d’honneur. Soit presque autant que pour faire le tour de l’exposition. S’ajoute à cela un certain manque espace, qui oblige parfois à patienter avant d’accéder aux projections ou de s’approcher des objets.

Quelques imprécisions historiques. Si l’on se fie au titre de l’exposition, Auguste et Louis Lumière seraient les uniques inventeurs du cinéma. Il est vrai qu’ils sont à l’origine du Cinématographe, une technologie nouvelle permettant notamment une projection publique. Mais l’invention du septième art découle de plusieurs innovations techniques. Dont celle d’Edison, l’inventeur du Kinétoscope. Un élément un peu trop passé sous silence.

Verdict : Lumière! Le cinéma inventé sort des sentiers battus avec une exposition dynamique, visuelle et qui s’adresse à tous. Ne se limitant pas à l’invention des deux frères lyonnais, elle permet de redécouvrir la famille Lumière à travers des facettes que l’on ne soupçonnait pas.

Lumière ! Le cinéma inventé, Salon d’honneur du Grand Palais, 3 avenue du Général Eisenhower, Paris 8ème - 01 44 13 17 17 - Tarif normal : 13 euros - Tarif réduit : 9 euros. Exposition visible jusqu’au 14 juin 2015


Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

20/04/2018
Figure de l'entrepreneuriat lyonnais, de la fondation d'Infogrames à son rebond dans la robotique, Bruno Bonnell était très attendu sur les bancs de l'Assemblée. Il a finalement semblé plus discret que prévu jusqu'au buzz provoqué par ses déclarations au Monde début avril. Explications.

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo