Hélène Geoffroy, invitée surprise

Date de publication : 11/04/2016

La maire de Vaulx en Velin, Hélène Geoffroy vient de rejoindre les Lyonnais Thierry Braillard et Najat Vallaud-Belkacem dans le Gouvernement Valls. Le 11 février, elle a été nommée secrétaire d’Etat à la Ville. Qui est donc cette discrète élue de la banlieue lyonnaise qui se voit offrir un tremplin national ? Portrait. Par Maud Guillot

"Bosseuse acharnée”, "femme de conviction, intelligente”, "habile politique” pour les uns. "Elue prête à tout pour le pouvoir”, "stratège machiavélique et arriviste” pour les autres. Avant même d’entrer au Gouvernement, Hélène Geoffroy a déjà cette caractéristique propre aux personnalités nationales de premier plan : elle a ses fans et ses ennemis. Dans le camp adverse, c’est-à-dire la droite, mais aussi le sien. Une personnalité déjà polémique.
Pourtant, personne ne connaît vraiment Hélène Geoffroy. Même à Lyon, certains élus sont restés interdits à l’annonce de sa nomination. "Ça ne bruissait pas autour d’elle” confie un vice président de la Métropole pourtant généralement bien informé. Qui est donc cette élue discrète qui a réussi une trajectoire fulgurante ?
Née le 4 mars 1970, à Creil dans l’Oise, Hélène Geoffroy grandit en Guadeloupe. Mais on n’en sait pas beaucoup plus sur ses origines personnelles. Une chose est sûre : elle n’est pas une "héritière” et c’est au sein de l’école républicaine qu’elle va s’imposer. D’ailleurs, elle obtient une maîtrise en mécanique à l’Université Paris VI, puis un doctorat à Polytechnique, la prestigieuse école d’ingénieurs. D’un naturel plutôt effacé, elle n’hésite pas, déjà, à s’affirmer dans ce milieu considéré comme plutôt masculin. Elle décroche un poste à l’ENTPE, l’Ecole nationale des travaux publics de l’Etat. Direction Vaulx-en-Velin. Attachée aux Antilles, militante de la diversité et du droit des femmes, cette mère de deux enfants, mariée à Joël Mathurin qui occupe aujourd’hui le poste de Préfet délégué pour l’égalité des chances dans l’Essonne, penche clairement à gauche. C’est donc naturellement qu’elle va adhérer à la section locale du PS, dirigée par René Beauverie. Son premier mentor en politique. Mais cette ville de l’Est lyonnais, connue pour ses banlieues rouges, est tenue par les communistes depuis près de 80 ans. Et plus précisément par Maurice Charrier, une vraie personnalité qui accepte de travailler avec les socialistes.
 (...)

Vous êtes intéressés pour lire la suite de cet article ? Envoyez nous un mail à redaction@mag2lyon.com pour acheter l’article à l’unité ou commander directement le numéro complet de Mag2 Lyon

Partager
Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo