Football féminin Ruée sur les terrains

Date de publication : 14/06/2016

Grâce aux bons résultats de l’OL féminin, de plus en plus de jeunes filles s’intéressent à ce sport et cherchent à le pratiquer en club. Résultat : les sections féminines, comme les licenciées, se multiplient dans la région lyonnaise. Par Charlotte Vincent

Le 26 mai, les filles de l’Olympique lyonnais disputeront la finale de la ligue des champions face au club de Wolfsburg. Et ce n’est pas la première fois que les Lyonnaises atteignent un si haut niveau. Elles ont déjà été sacrées championnes d’Europe en 2011 et 2012 et on atteint la finale en 2010 et 2013. Quant aux titres de championnes de France, il devient difficile de les compter : elles arrivent en tête de la D1 chaque année depuis... 2007 ! Autant dire que l’OL a révolutionné l’univers du foot féminin en investissant, avant tous les autres clubs, dans ce sport. Une volonté du président du club, Jean-Michel Aulas, qui a repris le FC Lyon en 2004. "Quand j’ai repris l’équipe féminine du FCL en dépôt de bilan, pour en faire une équipe européenne, tout le monde ricanait. Maintenant, ça fait un carton à la télé", se félicitait-il dans les colonnes de Mag2 Lyon l’été dernier. Les matchs sont en effet diffusés sur W9, une chaine de la TNT.

Mixité

En professionnalisant ce sport, l’OL a fait naître des vocations dans le monde amateur.  «La politique en faveur du foot féminin a démarré il y a environ 7 ans. Et les clubs ont commencé à se structurer en ouvrant des sections féminines il y a 3 ans», observe Mylène Chauvot, présidente de la commission féminine au sein du district du Rhône. Car, avant, les filles qui s’intéressaient au foot féminin devaient jouer avec les garçons. C’est ainsi que certaines grandes joueuses ont commencé, comme Corine Petit, qui joue à l’OL depuis 2008. «J’étais un vrai garçon manquée et je voulais jouer avec mes copains. J’ai évolué dans une équipe mixte jusqu’à mes 14 ans», se rappelle la joueuse. Mais les inconvénients sont nombreux puisque le niveaux et la technique sont différents en fonction du sexe et les parents sont souvent réticents à l’idée de faire jouer leur fille dans une équipe masculine.
Aujourd’hui, le district compte 2500 licenciées et plusieurs clubs ont des sections féminines : Chazay d’Azergues, Saint-Martin-en-Haut, Pontcharra, Genas, Saint-Quentin-Fallavier, Cascol Oullins, la Croix Rousse... Ces équipes se forment souvent à la demande des jeunes filles elles-mêmes, qui découvrent le foot au collège, pendant les cours d’EPS, et cherchent à jouer en club. Elles arrivent alors en groupe pour toquer à la porte des clubs lyonnais. C’est le cas de Galatea, une jeune fille de 15 ans qui joue depuis peu à la Croix Rousse. «Je faisais du tennis mais j’avais envie de me mettre à un sport collectif. Je connaissais le foot par mon frère, qui aime ce sport. Et des filles de mon collège m’ont sollicitée pour intégrer la section féminine de la Croix Rousse. Je suis allée voir et je me suis inscrite !», explique l’adolescente. Elle est allée voir récemment jouer les féminines de l’olympique lyonnais et en est ressortie totalement «fan». Elle adhère totalement aux valeurs de ce sport qu’elle trouve convivial et avec un esprit d’équipe à toute épreuve. Elle évolue aux côtés de jeunes filles issues de tout milieu social, dans une grande mixité. Ce qui semble être le cas dans la plupart des équipes féminines. «Tous les milieux socio-professionnels sont représentés dans le foot féminin. Les jeunes filles viennent aussi bien de cités où elles ont découvert le foot avec leurs frères sur le terrain du quartier que de milieux plus aisés où l’initiation au foot se fait au collège (...)

Vous êtes intéressés pour lire la suite de cet article paru dans le numéro de mai 2016 de Mag2 Lyon ? Envoyez nous un mail à redaction@mag2lyon.com pour acheter l’article à l’unité ou commander directement le numéro complet de Mag2 Lyon
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

19/05/2019
Retrouvez le Grand Entretien accordé par Gérard Collomb à Mag2Lyon de mai en kiosque. Plus que jamais combattif et déterminé pour reconquérir sa métropole en 2020, le maire de Lyon juge sans langue de bois...

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo