Un aspirateur pour les océans

Date de publication : 12/09/2016

Basée au bord du lac Nantua, dans l’Ain, l’entreprise Poralu Marine s’est associée à deux surfeurs australiens pour mettre au point un produit révolutionnaire : le Seabin. Destiné à collecter les déchets dans les ports, cette poubelle-aspirateur des mers pourrait à terme permettre de nettoyer les océans. Les explications de Fayçal Rezgui, responsable de CEI, l’activité environnementale du groupe Poralu Marine. Par Marie Veronesi

Qu’est-ce que le Seabin ?

Fayçal Rezgui : Le Seabin est un collecteur de macro-déchets flottants, que l’on positionne dans des ports fluviaux et maritimes. Ce système va capter de façon systématique, 24h/24, tous les déchets flottants qu’on peut trouver dans un port : sac plastique, bouteilles, papiers... L’avantage c’est de pouvoir attirer ces polluants avant qu’ils n’aillent au large et se retrouvent dans les océans.

C’est Poralu Marine qui en a eu l’idée ?
Non, au départ c’est l’idée de deux surfeurs australiens, Andrew Turton et Pete Ceglinski. Ils en avaient marre de retrouver des déchets en mer et ont voulu agir à leur échelle. Il y a trois ans, ils ont donc commencé par faire des petits prototypes artisanaux du Seabin dans leur garage, pas forcément fonctionnels. Ils ont ensuite présenté leur idée de concept sur un stand, au salon du nautisme international à Amsterdam, en décembre 2015.

Quel est le rapport entre des surfeurs australiens et une entreprise comme Poralu Marine ?
Il se trouve que Poralu Marine avait aussi un stand à ce salon ! J’étais présent pour une conférence environnementale et je les ai rencontrés. Ils étaient encore complètement inconnus. Le lien humain s’est fait et je leur ai proposé de lancer le projet, faire le développement de A à Z du produit, de l’industrialiser dans notre usine et de le commercialiser à travers le monde. Nous avons alors signé un contrat de partenariat, stipulant que nous sommes développeurs et producteurs du système et que nous avons l’exclusivité mondiale pour la commercialisation.

Le lien avec le coeur de métier de Poralu Marine n’est pas évident...
C’est vrai. Le coeur de métier de Poralu Marine depuis 40 ans c’est de fabriquer des pontons et des marinas pour les bateaux. Nous réalisons 20 millions de chiffre d’affaires annuel. Mais depuis 6 ans, nous avons créée une activité environnementale au sein de Poralu Marine, CEI, au travers de laquelle nous proposons des solutions environnementales portuaires. Des barges pour récupérer les macros déchets, des systèmes de traitement en direct des eaux usées sur les pontons... Le Seabin fait partie d’une de ces solutions. Au final, on est dans le même coeur de métier.

Où en est le développement du Seabin ?
Nous avons fini toute la partie calcul et dimensionnelle. On est en train de réaliser la version à l’échelle 1, en fibre de verre, du Seabin. On va mettre cette dernière version à l’eau fin juillet, au port de la Grande Motte. Grâce au retour d’expérience qu’on aura au bout de deux mois, on pourra faire les mises au point nécessaires. Une fois que tout sera bien calibré, on va lancer les moules industriels définitifs pour la production.

Concrètement, comment ça marche ?
Le système crée un flux d’eau qui va attirer tous les déchets flottants. Les détritus sont stockés dans un bac en matière de jute naturelle, à l’intérieur du Seabin. Un agent portuaire pourra régulièrement récupérer les déchets pour les redistribuer dans des filières de recyclage standard.

C’est une sorte d’aspirateur en fait !
On peut dire ça, oui ! Dans chaque port, on va positionner le Seabin dans des endroits stratégiques où viennent se concentrer habituellement tous les macro-déchets, après avoir réalisé une pré-étude. En fonction des courants et des vents dominants, c’est souvent les mêmes endroits. Il vous reste 52% de l’article à lire.

Vous êtes intéressés pour lire la suite de cet article, paru dans le numéro de juillet-août 2016 de Mag2 Lyon ? Envoyez nous un mail à redaction@mag2lyon.com pour acheter l’article à l’unité ou commander directement le numéro complet de Mag2 Lyon
Partager

LES DERNIERES ACTUALITES

19/05/2019
Retrouvez le Grand Entretien accordé par Gérard Collomb à Mag2Lyon de mai en kiosque. Plus que jamais combattif et déterminé pour reconquérir sa métropole en 2020, le maire de Lyon juge sans langue de bois...

20/04/2018
Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l'association lyonnaise qui a révélé l'affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux.

12/02/2018

Après Lyon en juin, Mag2 Lyon poursuit son analyse du marché de l'immobilier avec les communes de la métropole. Quelles sont les valeurs sûres ? Quels sont les quartiers qui montent ? Et quels sont ceux à éviter ? Par Hélène Capdeviole

12/09/2016
La Stéphanoise Elodie Clouvel participera à Rio de Janeiro à ses deuxièmes Jeux Olympiques. Mais en parallèle de sa discipline, le pentathlon, elle baigne dans d'autres activités. Elle est également gendarme, mannequin et peut-être même future actrice. Une véritable ambassadrice de son sport. Portrait.

20/04/2018
Cet ancien champion de boxe ayant grandi à Vaulx-en-Velin s'est fait une place à coups de seconds rôles dans le cinéma français, s'appuyant sur une plastique d'athlète, une discipline de fer et une capacité à tout interpréter. En 2018, il se retrouve sur le devant de la scène avec la sortie de trois films dont le très attendu Mektoub My Love d'Abdellatif Kechiche, où il campe un dragueur insouciant. Rencontre.


Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo