“L’Église laisse ses victimes à sa porte”

Date de publication : 20/04/2018

Le documentaire "Pédophilie, un silence de cathédrale” diffusé par France 3 le 22 mars dernier a suscité une nouvelle vague de témoignages auprès de la Parole libérée, l’association lyonnaise qui a révélé l’affaire Preynat. Interview de son président, François Devaux. Par Lionel Favrot

Combien de téléspectateurs ont regardé "Pédophilie, un silence de cathédrale” ?
François Devaux : 1,3 million, c’est sensiblement le même nombre que pour l’enquête de Cash Investigations en mars 2017. En revanche, j’ai reçu beaucoup plus de mails : près de 300 ! Dès le mercredi 21 h. C’était vraiment énorme. On a essayé de répondre à tout le monde mais on a atteint le maximum qu’on pouvait humainement gérer !
Quel était le contenu de ces mails ?
Il y a vraiment de tout. Des témoignages pourraient permettre de relancer des dossiers comme l’affaire Peyrard, ce prêtre de Saint-Étienne accusé de pédophilie. Un commandant de police m’a appelé pour s’exprimer dans un autre dossier, Interpol nous a également contactés… Certaines affaires sont prescrites. Mais ces mails ne concernaient pas que des affaires de pédophilie. On a aussi eu des religieuses victimes de viols.
Comment expliquez-vous cette vague de témoignages ?
Ce documentaire a adopté un ton très juste. Je crois que cela a permis aux gens de bien comprendre la gravité de la situation et notre combat. En revanche, je suis sorti très frustré du débat qui a suivi car...

Envie de lire la suite ? Envoyez-nous un mail à redaction@mag2lyon.com pour commander directement le numéro de Mag2 Lyon d’avril 2018 ou retrouvez-nous chez votre marchand de journaux.

Partager
Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo