Automobile : Le CNPA interpelle le gouvernent

Date de publication : 23/03/2020

Automobile : Le CNPA interpelle le gouvernent 


Tout comme les professionnels du BTP, le monde de l’Automobile attend des éclaircissements du gouvernement sur la conduite à tenir. 


"Une confusion totale remonte de tous nos territoires”, écrit Xavier Horent, délégué général du Conseil national des professions de l’automobile dans une lettre adressée aux directions générales de la Santé, du Travail et des Entreprises, qui précise : "Cette confusion porte sur la faculté à ouvrir les établissements concernés, les conséquences liées à cette ouverture, des consignes vécues comme totalement contradictoires, et un manque de coordination au niveau de nos Ministères de tutelle.”

Les garages peuvent en théories ouvrir mais leurs dirigeants sont aussi tenus d’assurer la protection de leurs salariés. Ce qui revient à faire "assumer une responsabilité pénale” à ces chefs d’entreprise, souligne le CNPA car la majorité de ces professionnels n’ont pas de masques de protection en stock. Xavier Horent reconnaît lui-même ne pas avoir une situation précise des garages ouverts ou fermés, tout en précisant que nombre de professionnels restent en alerte et mobilisables. A ce jour, leurs chiffres d’affaires a chuté brutalement de 60 à 100%. 

Le CNPA s’inquiète aussi que certaines entreprises pourraient se voir refuser le chômage partiel. "A défaut de ces dispositifs, plusieurs milliers d’entreprises, TPE, PME et ETI, déjà fragilisées avant le COVID-19, ne se relèveront pas de cette crise”, insiste Xavier Horent qui conclut par une série de propositions, notamment la clarification sur les activités essentielles qui doivent rester ouvertes. Il propose ainsi que le CNPA travaille avec les Préfets pour contribuer au respect d’un minimum de couverture en service automobile sur l’ensemble du territoire. Le CNPA demande aussi la rédaction "en urgence, et sous l’autorité de l’Etat, d’un guide pratique adapté aux services de l’automobile considérés comme essentiels ”. Ce que devraient obtenir les fédérations du BTP suite à des échanges vifs avec le Ministère du Travail la semaine dernière. Le CNPA regrette ne pas avoir été lui-même consulté. "A ce stade, nous n’avons pas été intégrés à ce processus d’élaboration, en dépit du fait que nos entreprises sont également concernées par l’autorisation d’ouverture.”

Partager
Retrouvez-nous sur



Création de site internet: Cianeo